The Subs à l'AB: la kermesse du vendredi soir

07/04/14 à 15:26 - Mise à jour à 17/04/14 à 17:24

Source: Focus Vif

Le trio franco-belge était vendredi dernier à l'Ancienne Belgique pour officiellement lancer leur tournée. Leur dernier album Hologram ne nous ayant pas entièrement convaincus, nos appréhensions quant au live se sont confirmées.

The Subs à l'AB: la kermesse du vendredi soir

The Subs à l'Ancienne Belgique, le vendredi 4 avril 2014. © Thom P

C'est dans un AB Box clairsemé que B, première partie du concert, livre un live électronique assez industriel, où pas grand-chose n'est à signaler. Derrière cet emblématique B se cache en fait Bert Libeert, batteur de Goose, souhaitant revenir à un esprit rave party, qui collait il n'y a pas si longtemps à l'univers de The Subs. Le teaser ainsi que l'extrait "Oubliez l'EDM, B est prêt à faire la fête avec de l'ELM (Electronic Live Music) qui dépote" de sa biographie nous laissait pourtant présager le meilleur.

Dès le changement de scène, on peut constater que The Subs ont soigné leur terrain de jeu: disposition des instruments en triangle (le logo du groupe, formé par les mains du public, comme pour Daft Punk), des panneaux réfléchissant les jeux de lumières bien colorés, etc. Le grand filet tendu entre le public et les artistes n'est pas sans rappeler leur single Trapped, interprété d'emblée. L'arrivée sur les planches de l'AB est fantasque, le trio arbore des costumes intergalactiques et de gros cubes sur leurs têtes. Mais la réelle surprise est la présence du chanteur (ou devrions-nous écrire chanteuse ?) Rouge Mary, membre de Hercules & Love Affair. Invité pour ses vocalises chaudes sur les trois premiers morceaux du concert, il ne dissimule pas son plaisir à être là. En remplaçant avec brio les autres featurings du dernier album, il aurait pu très bien faire partie de cet Hologram.

Le chanteur Rouge Mary, invité sur les trois premiers morceaux du concert

Le chanteur Rouge Mary, invité sur les trois premiers morceaux du concert © Thom P

Lorsque le filet tombe, on retrouve Music Is The New Religion, et déjà, la grosse farce eurodance a commencé. The Subs sont certes toujours un peu barrés, mais tout de même bien assagis, choisissant une vague particulièrement kitsch. Toutes les tendances actuelles du clubbing sont réunies sur scène. La prestation est assez molle, comme en pilotage automatique. Et là, c'est la stupéfaction: tous les morceaux seront coupés, enchaînés, le tout formant un mashup indigeste. Concorde chasse donc Music Is The New Religion, dans une sorte de chaos non maîtrisé. S'en suivront Kiss My Trance, Mitsubishi, et même un sampling du génial Don't Go de Puzique, signé sur Boys Noize Records. La logique du DJ set et du zapping est confirmée. Ce soir, c'est service minimum, vite fait et mal fait, comme nous le prouve encore la suite.

The Face Of The Planet remuant bien les foules introduit l'énorme Fuck That Shit, mais revisité version dance. Bien que Jeroen "Papillon" De Pessemier se mette toujours torse nu, prenne un bain de foule et boive de la vodka, tout cela a l'air télécommandé. La spontanéité du passé n'est plus là. My Punk mixé avec un peu de The Pope Of Dope (pourquoi ?) laissent la salle en attente de rappels. The Subs remontent sur scène, et jettent un ultime titre en pâture au public, avec une explication digne d'un "bon allez, si vous revoulez un morceau, le voilà". Les lumières se rallument après une heure de concert seulement. La foule ne se dissipant pas, Jeroen De Pessemier revient sur les planches pour préciser que "la fête continue à l'afterparty". C'est vrai que derrière des platines, The Subs seront peut-être plus efficaces que dans ce show expéditif, où le dernier album n'a finalement été que très peu joué...

Jeroen De Pessemier, dans un dernier envol scénique

Jeroen De Pessemier, dans un dernier envol scénique © Thom P

Nous décidons malgré tout de faire un tour à l'afterparty de l'AB Club, où l'engouement n'a rien de comparable avec celui de Moderat. Le DJ britannique Ashworth, entendu notamment sur Situation, sa collaboration entre Citizen et Shona Carmen, passe des disques sans crier gare, en mixant entre autres Opa de Kölsch, qu'on est las d'entendre à toutes les sauces. The Subs poursuivront dans la même lignée, avec les quelques rescapés du concert qui n'étaient pas encore trop déçus de la soirée.

Les photos de l'événement sont à voir ici.

Nos partenaires