Stef Kamil Carlens, "à vélo hiver comme été"

20/08/12 à 15:21 - Mise à jour à 15:21

Chaque semaine, JO obligent, un musicien belge nous parle de son sport favori. Cette semaine, c'est le leader de Zita Swoon qui s'y colle.

Stef Kamil Carlens, "à vélo hiver comme été"

© Charlie De Keersmaecker

1. Pourquoi le vélo?

Il y a un côté récréatif et pratique en même temps. En fait, j'en ai toujours fait, depuis que je suis gamin. J'ai l'impression que je n'ai jamais perdu cet enthousiasme enfantin. J'utilise mon vélo au quotidien, hiver comme été. J'habite Hoboken, ça me prend 20 minutes pour rejoindre le centre d'Anvers. Bruxelles n'est pas loin non plus: quand j'y ai des rendez-vous, je fais souvent la route en vélo. Il y a plein d'avantages: pour moi, c'est un moment de détente, cela donne un sentiment de liberté... Puis c'est très facile de se parquer. Je possède d'ailleurs plusieurs deux-roues: j'ai par exemple mon vélo de ville que j'utilise le plus couramment, une sorte de chopper, un modèle pliable que j'emmène par exemple avec moi quand je suis à Paris... J'ai également un vieux vélo de course des années 70 pour les distances plus longues: 100, 120, 140 km... Par contre, je ne suis pas les compétitions à la télévision. Tout simplement parce que je n'en ai pas. Si je tombe sur une arrivée d'étape, la montée d'un col hors catégorie, je peux m'arrêter et regarder. En général, j'ai beaucoup d'admiration pour les sportifs professionnels. Il y a beaucoup de beauté dans la manière dont sont sculptés leurs muscles. C'est presque de l'art. Mais je n'ai pas d'idole par exemple. Et non, je ne sais toujours pas qui a gagné le dernier Tour de France (rires).

2. D'autres sports?

Là je me suis blessé, mais sinon j'essaie d'aller courir régulièrement, presque quotidiennement. C'est un peu le même principe: se retrouver seul, profiter d'un moment de solitude dans la nature, et en même temps fournir un effort physique. C'est très étrange en fait: quand vous courez ou roulez à vélo, vous traversez les rues, vous êtes dans le monde, et en même temps vous êtes un peu ailleurs, comme déconnecté. C'est une sorte de demi-présence.

3. Un concert, c'est une performance sportive?

Non, pas vraiment. C'est vrai que sur scène, il y a forcément un côté physique, mais la concentration est beaucoup plus importante: il faut faire attention à tout, réussir à jouer de la guitare, chanter en même temps, diriger le groupe... Par contre, quand je roule en vélo, je prends toujours de la musique avec moi. Pour moi, un objet comme le baladeur est une des plus grandes inventions du XXe siècle (rires).

THE ZITA SWOON GROUP, WAIT FOR ME, DISTRIBUÉ PAR CRAMMED. EN CONCERT ENTRE AUTRES LE 21/09, AU JYVA'ZIK, À WALHAIN.

Nos partenaires