Sparks, princes-sans-rire

15/09/17 à 15:30 - Mise à jour à 18/09/17 à 12:27
Du LeVif Focus du 15/09/17

L'excentrique transgression des Sparks s'incarne dans leur nouvel Hippopotamus et une conversation brassant fratrie, Californie sixties, Tim Burton, disco et USA sous Trump.

Dans les facilités de l'hôtel-boutique bruxellois où il réside avec son frère Russell, Ron Mael se brosse les dents. Il salue, courtois, avant de retrouver, un peu surpris, son voisin de lavabo devenu intervieweur. "Le lavage de dents, c'est pour assurer la propreté des mots?" La fine moustache taquinant la lèvre supérieure rétorque: "C'est plutôt une question de repas de midi et d'épinards." Botté en touche. Depuis 1968 et le groupe Halfnelson -baptisé Sparks trois ans plus tard-, Ron Mael n'a cessé d'étourdir les conventions textuelles, à coups de lyrics tout sauf clean, parmi les plus loufoques, acerbes et sexués du dernier demi-siècle rock. Le titre du second album, paru en 1973, sonne d'ailleurs comme un plan de carrière: A Woofer in Tweeter's Clothing (déformation de "A wolf in sheep's clothing", "un loup déguisé en agneau") est à la fois une métaphore de sonorisation -l'ampli des basses (woofer) et celui des hautes fréquences (tweeter)- et le mix intime des Sparks. Ramener du sens via la théâtralité, le camp, le drame, les contraires apparents, constitue leur mantra génétique, a priori issu d'un autre exotisme: "On a tous les deux grandi à l'ouest de Los Angeles, à Pacific Palisades, au bord de l'océan, avec ce plaisir quotidien de la plage, du surf et des chansons formidables de Jan & Dean, Dick Dale ou des Beach Boys honorant la culture de la mer et des voitures. Une définition de la vie." Loin de l'écume sixties, l'hygiène buccale de Ron se combine aujourd'hui à une chemise blanche immaculée qui semble avoir été repassée à même le torse de l'aîné des Sparks: celui-ci ne porte pas ses 72 ans, pas plus que Russell en quasi-attirail de street-golfeur, bientôt 69 au compteur temporel. Seul signe visible du temps qui passe: tous deux se teignent les cheveux.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires