Philippe Cornet
Philippe Cornet
Journaliste musique
Opinion

06/03/13 à 16:11 - Mise à jour à 07/03/13 à 10:31

Sigur Rós, les films

Le groupe a donné à seize réalisateurs le même budget modeste afin de "créer ce qui viendrait dans leur tête" à l'écoute de Valtari. D'où une manne de courts-métrages avec l'une ou l'autre brillance, comme ce clip chorégraphié par Sidi Larbi Cherkaoui.

Dans un décor industriel décati, un homme et une femme dansent: leurs frôlements vont dans les dix minutes magistrales qui suivent, amener une forme d'extase charnelle. Depuis Pina Bausch, on n'avait pas si souvent vu des danseurs dont le centre de gravité naturel est à ce point le bassin du partenaire. Réalisateur de ce très beau film autour de la plage titulaire de Valtari, Christian Larson, ne serait jamais arrivé au même degré d'intensité évocative sans les deux interprètes, Nicola Lahey (c'est une fille) et James O'Hara, chorégraphiés-fusionnés par Sidi Larbi Cherkaoui. "On n'a jamais imaginé notre musique avec une réponse émotionnelle préconçue, on ne veut pas dire à qui que ce soit comment la sentir et ce qu'on peut en retirer. Avec ces films, nous n'avions -littéralement- aucune idée de ce que les directeurs nous ramèneraient", explique Sigur Ros sur la jaquette du DVD qui rassemble les seize films, parfois combinaison de plusieurs morceaux, parfois dialogués, diffusés un par un sur le Net entre mai et décembre 2012.

En savoir plus sur:

Nos partenaires