Rone met de la couleur dans ses rêveries électro

03/11/17 à 10:53 - Mise à jour à 10:53
Du Le Vif Focus du 03/11/17

Avec son quatrième album intitulé Mirapolis, plus ouvert et coloré que jamais, le producteur électronique français fait à nouveau des merveilles.

Rone a la gueule de l'emploi. Ou, en tout cas, de sa musique. Petites lunettes rondes, coupe de cheveux distraite, il affiche volontiers des allures de geek. Mais pas seulement. Erwan Castex de son vrai nom a aussi les dents du bonheur et un regard rêveur. À la fois cérébral et sentimental: ses morceaux semblent toujours naviguer entre les deux. Depuis ses débuts à la fin des années 2000, le trentenaire n'a cessé de prendre de l'assurance. Mais tout en continuant à cultiver une certaine fragilité, fêlures laissant passer la lumière -y compris dans les recoins les plus sombres de ses paysages électro. Son goût pour les mélodies profondes et sensibles est une autre constante: décalé par rapport à la French Touch 2.0 (type Justice), il passe aujourd'hui souvent pour une sorte de précurseur de la vague actuelle de jeunes producteurs français, de Fakear à Superpoze.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires