Rock Werchter J1: Rage au ventre

29/06/17 à 21:19 - Mise à jour à 02/07/17 à 09:41

Prophets of Rage, ou Rage Against the Machine vs Public Enemy vs Cypress Hill. Comme dans le bon vieux temps ou presque...

Rock Werchter J1: Rage au ventre

Prophets of Rage / Tom Morello © Wouter Van Vaerenbergh

On se serait crus à l'aube des années 90 ce jeudi après-midi à Werchter. Les années 90 et ce qu'elles avaient, en rock ou en rap, de plus rebelles et revendicatrices. Rage Against the Machine sans Zack de la Rocha qui rencontre Chuck D et DJ Lord de Public Enemy avec B-Real de Cypress Hill pour compléter la dream team... Il y avait de quoi en mener des combats avec Prophets of Rage sur la Main stage du festival brabançon. Légalisation du cannabis, lutte contre la pauvreté, défense de la cause black, haro sur les banquiers... Les protagonistes sont coutumiers du fait. Arm the homeless devant. Fuck Trump derrière. La guitare du fantastique Tom Morello ressemble à une pancarte de manif. C'est lui, évidemment on a envie de dire, qui a initié le projet. Zack de la Rocha pas dispo pour cause d'aventure en solo, le petit magicien a réquisitionné deux de plus grosses légendes encore vivantes du rap pour un groupe qui va bien avec son temps.

Epoque bordélique, trouble, flippante... Les Prophets of Rage sonnent la charge. Le supergroupe ne sortira son premier album qu'en septembre. Alors pour l'instant, il joue surtout du Rage Against the Machine et du Public Enemy. Le nom du projet a d'ailleurs été emprunté à une chanson de l'album It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back des rappeurs new-yorkais et c'est elle qui ouvre le best of d'une heure et quart. Testify, Take The Power Back, Guerrilla Radio, Bombtrack... Rage se taille la part du lion. On se croirait presque de retour en 1994 ou du moins en 1996. Zackie en moins... On ne remplace pas le bonhomme comme ça, mais ça marche plutôt pas mal. Oui, il y a moyen de secouer une plaine sans vendre son cul comme les Kings of Leon.

Prophets of Rage / B-Real

Prophets of Rage / B-Real © Wouter Van Vaerenbergh

Certes, c'est assez dingo de se dire que les Prophets of Rage ne jouent qu'un seul morceau de leur composition commune, le Unfuck the World clippé par Michael Moore. Mais le grand melting-pot fonctionne. Rage s'efface. Quitte même la scène pour le medley hip hop. Can't Truss It et Bring The Noise de Public Enemy, Insane in the Brain de Cypress, Jump Around d'House of pain... B-Real, déguisé en Omar Souleyman, s'amuse...

Minute émotion. Like a Stone rend hommage à Chris Cornell, le regretté chanteur de Soundgarden (il s'est suicidé il y a quelques semaines) avec lequel les trois Rage avaient monté Audioslave et joué à Werchter en 2005... Know Your Enemy et Bullet in the Head en remettent une solide une couche. Avant qu'un peu plus tard, Killing in the Name transforme la pelouse en violent trampoline. On reparle de tout ça à la rentrée.

Le fil de la journée

Nos partenaires