Rock Werchter J1: Cure de jouvence

29/06/12 à 12:21 - Mise à jour à 12:21

31 ans après son premier concert à Werchter, Robert Smith y a emmené ses Cure pour la sixième fois. Indémodable.

Rock Werchter J1: Cure de jouvence

© Olivier Donnet

Dans la journée d'ouverture de ce 38e Rock Werchter, entre le "viens, on se barre, c'est de la daube" et le paquet de frites pas cuites à 5 euros (non, je suis pas marseillais), on a essayé de s'occuper. On a ainsi pensé traquer les sosies de Robert Smith qui étaient plutôt du genre à nous cerner il y a dix ans chaque fois que Bob venait nous faire son numéro de clown triste. Ben jeudi, mis à part une ou deux coupes de cheveux saut du lit, on a vu autant de mini Robert que de "Will Smith à peu près". Et les Black, ça court pas les pâtures louvanistes. Trois heures par-ci, quatre heures par-là... Pas radins, Smith and co (Simon Gallup à la basse, Jason Cooper à la batterie, Roger O'Donnell au clavier et Reeves Gabrels, pendant longtemps aux côtés de Bowie, à la gratte) ont la tournée généreuse. Contexte festivalier oblige, Werchter n'a le droit qu'à deux petites heures de Cure mais deux heures d'un imparable best of dont les plus belles pages ont été écrites alors que la plupart des spectateurs n'étaient même pas encore une vague idée dans la tête de leurs parents (Cure jouait déjà à Werchter en juillet 81). Avec 13 albums, 35 ans de carrière, il y a évidemment de quoi faire. Lovesong, In Between Days, Just Like Heaven, Pictures of you, Lullaby, A Forest... C'est devenu rare à l'ère du 2.0, les concerts dont autant de chansons résonnent dans nos vies.

Bouffi, toujours aussi palot et chevelu, Robert fait un peu peur mais contrairement à son corps, sa voix n'a pas bougé. On ferme les yeux et c'est comme si on y était. Le groupe n'a plus sorti de disques depuis quatre ans et on se demande un peu ce qui explique sa présence mais quand on s'appelle Cure on n'a pas besoin d'un nouvel album ou d'un quelconque prétexte pour donner des concerts. Le rappel? Friday I'm in Love et Boys dont cry. Qui dit mieux?

J.B.

En savoir plus sur:

Nos partenaires