Rock en berne: la disparition de l'opinion politique en musique?

15/01/16 à 14:55 - Mise à jour à 14:55

Source: Focus Vif

L'incapacité du rock à réagir au terrorisme des années 2000 va-t-elle changer après Paris ensanglanté? Ou confirme-t-elle la disparition de l'opinion politique en musique?

Le lundi 7 décembre 2015, à l'AccorHotels Arena parisien (ex-Bercy), U2 invite sur scène les musiciens d'Eagles of Death Metal pour un People Have the Power collectif. Après cette reprise orientée de Patti Smith, le groupe américain est laissé seul pour une version de son I Love You All the Time: titre comprenant quelque lignes en français, inclus dans Zipper Down, son dernier album paru en octobre. L'invitation faite par la bande à Bono intervient 24 jours après les attaques de Paris ayant causé au moins 130 morts et 350 blessés. A priori, le geste de U2 tient de l'hospitalité confraternelle tout autant que du symbole de résistance musicale au fanatisme meurtrier, mais ce n'est pas aussi simple. Dans un article de Rolling Stone daté du 22 décembre, le magazine US explique comment Bono, au lendemain du Bataclan, appelle Jesse Hughes, le leader des Aigles(1) pour "prier avec lui au téléphone". Cette démarche privée -Bono et Hughes sont tous deux catholiques- implique deux profils antagonistes.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires