Quand Nick Cave s'en prend au gouvernement Michel I

29/10/14 à 10:41 - Mise à jour à 11:10

Alors que l'opéra Shell Shock, dont il a écrit les paroles, se joue à guichet fermé à La Monnaie, Nick Cave en appelle au gouvernement belge à "stopper le black-out culturel" qu'imposent les coupes annoncées dans les subventions à la culture.

Quand Nick Cave s'en prend au gouvernement Michel I

© capture d'écran Vimeo

Les coupes budgétaires annoncées par le nouveau gouvernement dans le secteur de la culture auront un impact gravissime sur les institutions culturelles fédérales comme le Bozar, La Monnaie ou l'Orchestre National de Belgique. Pour La Monnaie, cela signifie une perte de 2,93 millions à dater du 1er janvier prochain, soit une économie de 16,28% qui s'ajoute à l'effort de 30% déjà effectué sur les dix dernières années. Un désastre financier auquel le crooner -dont le documentaire 20,000 Days on Earth sort également aujourd'hui en salles- s'oppose férocement dans une vidéo.

"Ces deux dernières années, j'ai travaillé avec Nicholas Lens sur un opéra qui s'appelle Shell Shock pour La Monnaie, explique Nick Cave dans la vidéo publiée mardi par La Monnaie. Shell Shock a été rendu possible grâce à des subventions vitales à La Monnaie, un opéra renommé pour ses productions innovantes et son travail avec de nouveaux compositeurs. Les propositions de coupes budgétaires dans la culture seraient dévastatrices, et restreignent sérieusement les possibilités futures de monter des spectacles de cette ambition. Au mieux, La Monnaie serait obligée d'annuler une partie de sa programmation pour la saison prochaine; au pire, elle devrait remettre en question son existence. Ce serait un désastre pour La Monnaie. Stoppons ce black-out culturel!"

À noter que Shell Shock, l'opéra du compositeur belge Nicholas Lens qui se joue jusqu'au 2 novembre à La Monnaie, se joue à guichet fermé. Si Nick Cave en a signé les paroles, c'est au chorégraphe primé Sidi Larbi Cherkaoui qu'on doit la mise en scène.

Nos partenaires