Punk bruxellois, 1977-2017: retour vers le No Future

24/10/17 à 14:33 - Mise à jour à 14:33
Du Le Vif Focus du 20/10/17

Le label Sub Rosa propose une série d'albums célébrant le punk bruxellois original, incarné entre autres par X-Pulsion et Digital Dance, groupes traversés par la personnalité unique de Jerry Wanker. Que reste-t-il aujourd'hui de 1977?

"Tu veux ma photo?"sont les premiers et possiblement les derniers mots, que m'ait adressés Jerry Wanker -"Branleur" en français-, Jean-Pierre Poirier pour l'état civil de la France qui le voit naître en 1956. On est à l'automne 1977 au Café du Coin, à 200 mètres de la Grand-Place. Depuis quelques mois, le bar sert de QG aux punks de Bruxelles, péteux-poseurs, glandeurs natures et sniffeurs de speed. En cette année when the two sevens clash (1), les punks bruxellois ont le prénom folko (le Crom, le Vlak, Médusa) et représentent à tout casser cent personnes dans une ville encore bien provinciale. Stephan Barbery joue dans Thrills, groupe punk local, dès le printemps de la fameuse année et participe ensuite à l'aventure de Digital Dance, avec Jerry Wanker. "Le punk était une petite scène où tout le monde se connaissait et Jerry, qui jouait de la guitare et parfois de la batterie, avait une histoire personnelle assez dure. Il racontait sa vie et ses tripes dans les chansons qu'il écrivait. Jerry était en autodestruction permanente mais avait aussi une culture musicale très large. Il avait à la fois une envie de faire et de défaire."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires