Pukkelpop: Le résumé de la première journée

15/08/14 à 17:55 - Mise à jour à 18/08/14 à 13:28

Source: Focus

Fringales, chutes, échappées et crevaisons... Des Black Lips à Outkast, Focus passe en revue le peloton.

Pukkelpop: Le résumé de la première journée

J1: Outkast © Caroline Lessire/Focus Vif

Hamilton Leithauser. Club, 12h. C'était déjà évident sur disque. Ça l'est aussi sur scène. Hamilton Leithauser est moins convaincant en solitaire qu'avec ses Walkmen dont il est en vacances depuis décembre et ce pour un bon bout de temps. Black Hours?

Larry Gus. Castello, 12h40. Quelque part entre Dan Deacon, les plus zozos de chez Brainfeeder (Gaslamp Killer et compagnie) et El Guincho, l'homme orchestre et bidouilleur grec a le beat psychédélique. Il a fait ce qu'il pouvait à une heure ingrate. La review du concert.

The Strypes. Main Stage, 14h00. La classe à l'irlandaise, ça s'apprend dès le biberon. Sosies teenage de Paul Weller, les Strypes ont bien appris leur leçon blues rock et ça fonctionne à merveille. Le compte-rendu du concert - Les photos.

Perfect Pussy. Marquee, 14h45. Elle a beau courir avec des ABL, le bas d'une robe de mariée et des poils sous les bras, personne au sprint ne peut battre Meredith Graves et son Perfect Pussy. 25 minutes de noise art punk hardcore hurlant. La critique du concert - Les photos.

Mac DeMarco. Club, 16h15. Si quelqu'un mérite le maillot de meilleur grimpeur, c'est bien le plouc canadien Mac DeMarco qui n'a pas hésité une seule seconde à escalader les armatures du chapiteau. Se masquant les yeux avant de se laisser tomber dans la foule. Bel exemple de générosité à deux sens d'un concert qui n'en a pas manqué. Take it easy dude. Le compte-rendu du concert - Les photos.

J1: Mac DeMarco

J1: Mac DeMarco © Caroline Lessire/Focus Vif

Die Antwoord. Main Stage, 16h55. Aussi fascinant que crispant, le duo sud-africain aime des extrêmes qu'il n'est pas forcément bon d'atteindre. Sans doute le groupe le plus proche musicalement de ce que signifie anxiogène. Les photos.

Deafheaven. Club, 17h50. Si My Bloody Valentine et Refused avaient fusionné, le résultat aurait sans doute été Deafheaven. Soit des nappes de guitares shoegaze, des envolées saturées d'effets et un chant screamo aux limites du black métal pour un mariage qui vous plaque au sol illico. Rouleau compresseur. Les images du concert.

The Kyle Gass Band. The Shelter, 18h00. Jack Black parti aux affaires, l'autre moitié de Tenacious D tente de se remplir le portefeuille en comptant sur son nom seul. Sauf qu'il monte un groupe dans lequel il n'a pas grand chose à faire (de la guitare acoustique, des choeurs par-ci, par-là, ou un solo de flute à bec...). Même pas drôle, et lorgnant musicalement vers nos pires souvenirs hair métal. Poison, Scorpions et autres atrocités. Devils haircut!

Janelle Monae. Main Stage, 18h35. Pile électrique d'une générosité à toute épreuve, Janelle Robinson marie le meilleur de la soul music, des Supremes à Beyoncé. Costumes de scène, postures étudiées, choristes tordantes et sosie de Nile Rodgers à la guitare pour le concert le plus "happy" de la journée. La critique du concert - Les photos.

Gruppo Di Pawlowski. Wablief ?!, 19h25. Il n'y a quand même que l'ancien Evil Superstar (petite larme nostalgique et souvenirs du bon vieux temps) pour sur le même été chanter en néerlandais dans le cadre intime des Feeërieën et tout dézinguer au Pukkelpop avec son électrique et tendu Gruppo Di Pawlowski. Phone call from a ruin...

Temples. Club, 19h30. Sur disque, les cousins britanniques de Tame Impala sont plutôt du genre convaincants même s'ils font figure de suiveurs. Sur scène, c'est une autre paire de manches. Les morceaux peinent à s'envoler, coincés dans une interprétation sans vie.

Outkast. Main Stage, 20h15. Vingt ans après leur premier effort Southernplayalisticadillacmuzik, revoilà Big Boi et André 3000 pour une tournée de reformation en mode best of. Y passent forcément les Ms. Jackson et Hey Ya obligatoires, mais aussi un bon paquet de raps old school à en faire oublier les morceaux dispensables de Speakerboxxx/The Love Below. Maillot jaune des meilleures tenues de scène. Le concert en images.

J1: Outkast

J1: Outkast © Caroline Lessire/Focus Vif

Editors. Main Stage, 22h20. Si la bande à Tom Smith nous court depuis longtemps sur le haricot, la performance de jeudi sentait gentiment le pétard mouillé, comme les 4 ridicules feux d'artifice lancés en fin de concert.

Black Lips. Club, 21h30. Jack Hines a repris la place de gratteux qu'il avait abandonnée en 2005 à Ian San Pé. Un concert honnête des punks à fleurs. Mais sans coups d'éclat, fesses à l'air ni roulages de pelles. Les photos.

Atomic Bomb! The Music of William Onyeabor. Marquee, 21h40. Sinkane, des évadés d'Hot Chip, de LCD Soundsystem et de The Rapture jouent sur scène l'oeuvre jamais présentée au public du Giorgio Moroder nigérian William Onyeabor. Une machine à danser afro rétro futuro kitsch. Le compte-rendu du concert.

NOFX. The Shelter, 00h10. On en a eu des poussées d'acné, de revoir sur scène ceux qui ont accompagné nos premiers émois punks adolescents. Sauf que Fat Mike et consorts sont plus chiches en morceaux qu'en vannes à deux balles. Pour 1 minute 30 de punk pop expéditif, comptez le double de blabla. No fun...

Slowdive. Club, 23h50. Les Irlandais de My Bloody Valentine et les Oxfordiens de Ride n'étaient pas les seuls à balancer du rock vaporeux en se matant les pompes et les pédales d'effet au début des années 90. Dans le genre, il y avait aussi Slowdive. Trois albums sortis entre 91 et 95 chez Creation. Reformation gagnante pour ces anti rock stars. Le concert en images.

Pour voir toutes les photos des concerts de cette première journée, cliquez ici.

En savoir plus sur:

Nos partenaires