Pukkelpop J2 - Matt & Kim: duo d'enfer

20/08/10 à 23:19 - Mise à jour à 23:19

Enthousiasme hors normes, moeurs douteuses et ballons de couleurs au programme du concert de Matt & Kim, tandem survitaminé en provenance de Brooklyn.

Pukkelpop J2 - Matt & Kim: duo d'enfer

© myspace.com/mattandkim

Il fallait voir le sourire de ces deux-là. L'un assis derrière son synthé, l'autre derrière ses fûts, ils ne payaient pourtant a priori pas de mine, Matt & Kim, frêles silhouettes perdues au milieu de la scène bigger than life du Marquee.

C'était sans compter les containers d'enthousiasme stockés on ne sait où et déversés avec un fougue hautement communicative sur une foule étonnamment compacte et réactive pour un tout d'après-midi.

Quand ils demandent aux premiers rangs de gonfler des ballons de couleurs, ça sent le mauvais goûter d'anniversaire dominical. Mais on craque pour ces entertainers nés, qui font des bonds sur place, grimpent, l'un sur son tabouret, l'autre sur sa grosse caisse, au beau milieu des morceaux, parlent de pisse et d'organes génitaux, exhortent le tout-venant à se déshabiller comme ils l'avaient fait sur Times Square pour l'irrésistible clip exhibi de Lessons Learned.


Musicalement, pourtant, le propos ne vole pas bien haut. Quand il ne se fend pas d'une reprise dopée au Red Bull du Final Countdown de Europe (...), le tandem new-yorkais s'en tient en effet pour ainsi dire exclusivement aux titres de son deuxième album, Grand (2009). A savoir, une vague efficacité dance pop trempée dans un esprit gentiment punk.


Même scenario, peu ou prou, sur la grande scène, dans la foulée, en compagnie des Cribs. La fratrie Jarman (plus Johnny Marr, s'il vous plaît) déployant avec générosité son jeu de scène semi épileptique sur un pop rock certes entraînant mais toujours rattrapé par sa banalité intrinsèque. Au Pukkelpop, les débuts de journée carburent à l'énergie plutôt qu'à la grande musique. Qui s'en plaindra?

Nicolas Clément, à Kiewit

En savoir plus sur:

Nos partenaires