Pukkelpop J1: pas contents, pas contents...

20/08/15 à 21:41 - Mise à jour à 21:44

Les virulents Anglais de Bad Breeding, les gamins cachés de Kurt Cobain (Residual Kid) et les énervés de Pissed Jeans... Le début du Pukkel en mode couilles et testostérone.

Pukkelpop J1: pas contents, pas contents...

Pissed Jeans © Olivier Bourgi

En Belgique, rien n'est jamais bien loin. Ce qui n'empêche pas parfois d'arriver en retard. Et de se prendre davantage de bouchons pour 170 bornes jusqu'Hasselt qu'en un aller-retour pour Marseille. Faudra se contenter de la fin de Bad Breeding. Quatre Britanniques décrits par certains comme le meilleur groupe punk d'Angleterre. Des punks en colère. Violents, acharnés, hurleurs et décapants qui terminent (son énervé de chanteur et son guitariste tout du moins) au beau milieu du public pour gueuler leur mécontentement de l'Angleterre. Les garçons, ça ne s'invente pas, ont sorti leur premier single Burn This Flag, sur le label Hate Hate Hate Records. Pas contents...

Tout droit venus d'Austin, où ils ont pour la petite histoire joué dans le même magasin de disques que BRNS lors du dernier South By Southwest, les gamins de Residual Kid sont pour les plus vieux nés quatre ans après la mort de Kurt Cobain mais ils ont bouffé du grunge quand ils étaient petits. Le chanteur/guitariste Deven Ivy et les frères Redman (16 ans de moyenne d'âge) ont tapé dans l'oreille de papy Seymour Stein et ont d'ores et déjà signé avec Sire Records. Le label qui a sorti le premier Ramones, les Dead Boys, Richard Hell et Radio Birdman. Ils ont aussi collaboré avec Jay Mascis. Le bassiste, sous ses allures de jeune cousin Machin, pourrait d'ailleurs en être le petit fillot. Il y a du Nirvana, du Dinosaur Jr, de la crasse entre les doigts de pied et du noise rock derrière tout ça. Et si ça manque encore de chansons, the Kids are alright. Ils jouent comme des barbus de Seattle en chemises à carreaux et reprennent le 100% de Sonic Youth. En gros le genre de kets qui rassurent sur l'état de la jeunesse actuelle.

Les Mountain Bike ont beau se promener en slips et maillots NBA, ça fait déjà longtemps qu'ils ont des poils sous les bras. Les garagistes pop franco-bruxello-tournaisiens pédalent. Et pas dans la semoule. En grand amateur de vélo, le public flamand du Pukkelpop a l'air d'aimer ça. Même Roger, le "crazy festival dude", avec son maillot arc-en-ciel de champion du monde en est... Lors de cette journée sans doute la plus faible du week-end (si on exclut l'apéro de mercredi), il se passe surtout des trucs du côté du Shelter. Forcément avec les énervés de Pissed Jeans. Groupe de punk hardcore noise originaire de Pennsylvanie, Pissed Jeans en a dans le pantalon et a le sens de la gueulante. Puis, tant pis si malgré le monde à ses pieds, il n'y a que cinq gamins bourrés pour se rentrer dans le lard et mettre un peu d'ambiance. False Jesii Part 2, le titre d'ouverture de son album King of Jeans, réveille un peu un public amorphe. Le festivalier est pour l'instant plus sage que ceux qui le divertissent...

Nos partenaires