Pukkelpop J1 - Capitaine Caverne et Kapitan Korsakov

19/08/10 à 22:24 - Mise à jour à 22:24

Les contrôles sont stupéfiants. Les fins de concert aussi. Arrivée chargée d'adrénaline sur la plaine de Kiewit.

Pukkelpop J1 - Capitaine Caverne et Kapitan Korsakov

© Olivier Donnet

Maintenant, c'est sûr. Pour entrer au Pukkelpop, il faut montrer patte blanche. On en connaît qui avaient eu droit aux flics l'an dernier. Interpelés avec quelques malheureux pétards. Cette année, on a droit à 20 minutes de striptease et de tâtonnements quand on a le malheur de débarquer avec un sac d'ordinateur.


Le membre du service d'ordre, un homme des cavernes, fait du zèle. Du genre à inspecter des poches que vous n'avez jamais ouvertes... Pour peu, on vous ferez venir les flics pour un paquet de feuilles. Stressant. Enfin, on a évité le gant en plastique...


Rien de tel qu'une bonne décharge de guitares pour évacuer les mauvaises vibrations. Sous la Wablief ?!, on suinte sous les coups de boutoir des groupes flamands. En tout cas, en ce début d'après-midi, des trois Gantois de Kapitan Korsakov. En 2009, la clique s'est vu décerner pour le morceau When we were hookers, le titre de meilleur riff de l'année par l'émission Select de Studio Brussel. Ca décoiffe. A la fois stoner et noisy. Du Queens of the stone age en plus bruyant. Les rockeurs flandriens terminent les cordes de gratte en lambeaux au terme d'une ahurissante, trippante et violente jam avec les quatre Irlandais (deux guitaristes, un bassiste, un batteur) de And So I Watch You From Afar programmés au Château sur le coup de 17h30. Ca promet.


Julien Broquet, à Kiewit

Nos partenaires