Pukkelpop J1 - And So I Watch You From Afar: catégorie poids lourds

20/08/10 à 10:47 - Mise à jour à 10:47

Chateau, jeudi fin d'après-midi. Quatre Irlandais survoltés font parler la poudre. La claque.

Pukkelpop J1 - And So I Watch You From Afar: catégorie poids lourds

© Olivier Donnet

Sur le site web du Pukkelpop -les Irlandais comptaient déjà parmi les grosses révélations de l'édition 2009 du festival flamand-, on n'hésite pas à présenter la musique de And So I Watch You From Afar comme le résultat de la collision entre le bus de tournée de Sigur Rós et le camion de Fugazi. Après tout, pourquoi pas. Tant qu'à faire, balançons encore le van de Mogwai, le car d'Action Beat, voire le semi-remorque de Godspeed You! Black Emperor, dans ce "joyeux" carambolage.

C'est à vrai dire, pour leur part, avec l'urgence d'un panzer lancé à 200 à l'heure en sens inverse sur l'autoroute que semblent s'avancer ces natifs de Belfast en cette fin de jeudi après-midi. Mais trêve de métaphores routières plus ou moins fumeuses.

Faute de mieux, on parlera de post-rock pour évoquer une musique qui n'a de toute façon que faire des étiquettes, fascinante expérience sonore exclusivement instrumentale: une batterie, une basse et deux guitares valant, comme le veut l'adage, toujours bien mieux qu'un long discours. Entre les titres, le rouquin du groupe, cliché vivant de l'Irlandais s'il en est, éructe bien quelques mots, mais avec un accent à ce point prononcé qu'on n'y comprend strictement rien. Même si on imagine difficilement qu'il puisse lâcher autre chose que des amabilités du genre "Prends ça dans tes dents!" ou "Ca va saigner". Il faut voir en effet le vacarme dégagé, l'énergie déployée, par ces quatre-là, hyperactifs et en nage. Dans le Chateau du Pukkelpop, le public flamand, visiblement fan et venu en masse, démarre en tout cas au quart de tour: mouvements de foule, crowd surfing et hurlements barbares viennent saluer tout du long ce qu'il convient bien d'appeler une maxi claque. Dieu que ça fait du bien là où ça fait mal.

Nicolas Clément, à Kiewit

Nos partenaires