Pukkelpop 2010: Focus délivre ses prix

23/08/10 à 12:49 - Mise à jour à 12:49

Huit scènes, plus de 200 groupes en trois jours... Il fallait bien mettre un peu d'ordre dans tout ça. On l'a fait pour vous. Remise des prix.

Pukkelpop 2010: Focus délivre ses prix

© Olivier Donnet

Les + turbulents: Sonomètre explosé, organismes lessivés et flaques de sueur à éponger... Dans le Chateau, les Irlandais de And So I Watch You From Afar (à vos souhaits) ont tout pété jeudi. Et pan, dans tes dents.

Les + maniérés: Du sympathique concert de The Drums, on a surtout retenu les sauts de cabri de l'un, agitant son tambourin dans les airs comme s'il s'agissait de rejouer le Lac des Cygnes en tutu blanc, et les déhanchements über camp de l'autre, faisant tourner son micro devant lui comme un Chippendale son moule-bite léopard en fin de show. De grandes folles, les mecs de The Drums.

Les + joyeux: Avec leur sourire grand comme ça, leur enthousiasme débordant et leur énergie à revendre, les deux de Matt & Kim vous feraient danser sur la tête un service entier de soins palliatifs. On exagère à peine.

Le + autiste: Matt Berninger, le leader de The National, n'a pas pipé un mot de tout le concert du groupe américain (brillant, au demeurant) samedi soir sur la Main Stage, préférant se laisser gagner par les spasmes et autres convulsions étranges. Il est où le sirop d'érable?

Le + classe: Matt Berninger encore. Avec son petit gilet noir, son port altier et son inséparable verre de vin blanc. Comme quoi, on peut se la jouer Rain Man et en imposer grave.

Le + altruiste: Avant de balancer un No One Knows d'anthologie, Josh Homme, reine de l'âge de pierre en chef, s'envoie des rasades de vodka au goulot puis fait tourner dans le public. Chef, la même, c'est sa tournée!

Les +... morts: Le paternel du bassiste de Black Rebel Motorcycle Club qui décède d'une crise cardiaque jeudi. Et Charles Haddon, leader de Où Est Le Swimming Pool, qui se suicide le lendemain... Vraiment pas glop.

Le + bavard: Il y en a qui ne vous lâcheraient pas un bonjour, un au revoir, ni même un merci. Et puis, il y en a d'autres qui ne font que causer. Comme monsieur Henry Rollins. L'ex-Black Flag était à Kiewit avec sa casquette de stand-up comedian pour une heure de spoken-word. "T'as tout compris toi?"

Les + statiques: Ca ressemble à un freezing sur un efficace mash-up Modern Lovers/Strokes et ça s'appelle The Soft Pack. "Retire les mains de tes poches..."

Les + cascadeurs: On ne leur a pas appris le safe sex aux potes de Diplo... Les danseurs sautent d'une échelle de trois mètres de haut pour retomber entre les cuisses de leur partenaire. C'est chaud un concert de Major Lazer.

Le + cool: Il respire les bonnes vibes Danger Mouse avec sa coiffure de Jackson 5, ses talents de multi instrumentiste et les chansons vintage de Broken Bells qu'il défend avec son comparse James Mercer (The Shins). Danger, Danger...

Le + magique: Comme d'hab, le titre revient aux Flaming Lips. Les projections délirantes, les ballons remplis de confettis, Wayne Coyne qui chante perché sur les épaules d'un gorille... (Flaming) Lips like sugar...

Le + envoûtant: On comptait juste jeter un petit coup d'oeil à Beach House avant d'aller voir Four Tet. Désolé Kieran. On est resté sur la plage. Les pieds dans le sable et les yeux rivés sur Victoria LeGrand (les cheveux dans les yeux) bercé par les poignantes mélodies de Teen Dream.

Le + couillu: Il n'a peur de rien le Caribou. Et certainement pas de s'attaquer aux dancefloors après avoir fait son trou avec de la dream pop et un single, Melody Day, qui faisait la pluie et le beau temps pendant la météo du Grand Journal. Et bien dansez maintenant.

Le + arrosé: Problèmes de son, micro récalcitrant, stress... Gonjasufi et son DJ ont galéré samedi au Château. Incapable de rendre justice à son premier album, A Sufi and a killer, Sumach Ecks a été récompensé par quelques jets de gobelets. C'est con parfois un festivalier...

Les + barbus: Si vous rêvez d'un jour tourner avec Mark Oliver Everett (Eels a donné un set très rock et brut au Pukkelpop), il faudra inévitablement entrer en guerre avec Gilette. On en connaît qui ont intérêt à arriver bien tôt à l'aéroport pour pouvoir monter à temps dans l'avion. "Monsieur? Oui, vous. Vous pouvez retirer vos chaussures et ouvrir votre sac?"

Les + fifties: Ils ont à peine 20 ans. Tournent avec papa (à la guitare) et maman (à la contrebasse). Et semblent tout droit sortis des années 50 avec leur musique, vêtements et coupes de cheveux rétro. Kitty, Daisy and Lewis aiment le swing, le blues, le rockabilly... Nous aussi.

Les + Black Lips : on en a vu débarquer ces dernières années des petits rockers allumés sortis de leurs garages avec une maîtrise disons punk (synonyme: rudimentaire) de la musique et de leur instrument. Au Pukkelpop, la palme va à Harlem et ses petits tubes crades et urgents.

Nicolas Clément et Julien Broquet, à Kiewit

En savoir plus sur:

Nos partenaires