Prophets of Rage: "On ne cherche pas à être le groupe génial d'un monde horrible"

28/09/17 à 12:06 - Mise à jour à 12:06
Du LeVif Focus du 22/09/17

Temps troublés, poings levés... Les Rage Against the Machine sans Zack de la Rocha ont monté avec deux Public Enemy et un Cypress Hill le supergroupe Prophets of Rage. Unfuck the world!

Pas de bimbos, de lignes de coke, ni même d'alcool qui coule à flots. Loin de la débauche et des clichés, le backstage de Rock Werchter est bien sage en ce premier jour de festival. Seule attraction de ce début d'après-midi, Tim Commerford, le bassiste tout en tatouages et en muscles de Rage Against the Machine, joue au football américain et balance de longs ballons aériens. On est plus proches d'une cour de récré que du grand cirque sex drugs and rock'n'roll. Commerford n'est pas là pour la résurrection de Rage (guère du goût de Zack de la Rocha) ou le retour d'Audioslave (Chris Cornell s'est suicidé un mois et demi plus tôt). Il est là pour le premier gig belge des Prophets of Rage. Le supergroupe que Tom Morello, Brad Wilk et lui viennent de fonder avec B-Real de Cypress Hill, puis aussi DJ Lord et Chuck D de Public Enemy. Légalisation du cannabis, lutte contre la pauvreté, défense de la cause black, haro sur les flics et les banquiers... Il y en a de la lutte, du combat, de la légende dans les Prophets of Rage (le titre d'une chanson de Public Enemy). C'est même tout un pan contestataire en musique de la fin du XXe siècle qui s'agite. "Nous n'avons pas décidé d'avoi...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires