Plan K: les belles heures de la salle qui a vu passer Joy Division

01/02/17 à 11:48 - Mise à jour à 12:05

Source: Focus Vif

Le photographe bruxellois Philippe Carly autoproduit via crowdfunding un beau livre sur les années de gloire rock du Plan K. Celles de la génération Joy Division.

Il se baladait engoncé dans le même long imper cuir foncé de gestapiste, plutôt farouche. Collé à l'oeilleton de son argentique, notamment au Plan K, ancienne usine de cassonade de Molenbeek fréquentée pour ses sensations de la fin des années 70 et du début de la décennie suivante. Trente-cinq ans après ces épisodes tutoyant l'Histoire, qu'est devenu le fameux imper? "Un jour, ma future belle-mère a pris comme prétexte de le raccommoder et l'a foutu à la poubelle." Un jeudi de mi-janvier, on retrouve donc Philippe Carly, en sweat-shirt, pour parler d'Au Plan K, au premier étage de La Raffinerie. Précisément dans l'une des salles où passaient les groupes, pour la plupart anglais, couchés dans le bouquin via un noir et blanc d'une charbonneuse jeunesse. Images du vitriol alcoolisé de Mark E. Smith, du sax dérouillé de James White et, bien sûr, des apôtres pas encore sanctifiés Joy Division.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires