On a écouté le nouveau Daft Punk, Random Access Memories

02/05/13 à 09:57 - Mise à jour à 14/05/13 à 13:30

Avant sa sortie officielle, le 20 mai, premières impressions sur Random Access Memories. L'album est désormais écoutable en intégralité sur iTunes.

On a écouté le nouveau Daft Punk, Random Access Memories

Daft Punk - Random Access Memories, sortie prévue le 20 mai prochain. © DR

UPDATE: Random Access Memories est en écoute intégrale sur iTunes: www.itunes.com/daftpunk

Le buzz, ça s'est fait. Jusqu'à l'écoeurement même. Depuis des mois, Daft Punk a teasé son retour aux affaires, distillant les infos au compte-gouttes. La tactique a payé: le premier single, Get Lucky, a déjà battu des records d'écoute sur les plateformes de streaming.

De quoi faire encore plus monter la sauce avant l'album, Random Access Memories, attendu pour le 20 mai. À quoi ressemble-t-il? On a pu y jeter une oreille, lors d'une session d'écoute organisée par Sony dans un studio bruxellois. Premières impressions au débotté.

L'option from disco to disco est largement confirmée. Dès l'entame même. Riff "chic-esque" de Nile Rodgers, décollages spatiaux, voix vocoder, le tout sous perfusions de claps funky: Give Life Back To Music trace dans le sillage de Get Lucky. Daft Punk a toujours tourné autour de la musique disco (pour rappel, Thomas Bangalter est le fils de Daniel Vangarde, producteur pour les Gibson Brothers ou Ottawan).

Cette fois-ci, la plongée est plus radicale. Vintage? Carrément. On pourrait y voir une certaine pertinence: après tout, le disco est né dans un New York dévasté par l'effondrement de la situation économique, échappatoire facile (mais pas dupe) à la crise. Que des Français remettent le disco à l'honneur en 2013 est finalement assez raccord avec la récession du moment...

Au-delà du revival, il y a une nouveauté tout de même dans la manière dont Daft Punk s'approprie le format: l'humilité qu'il y met. La fragilité même. C'est assez inouï dans la musique des deux Français, qui ont toujours joué sur la naïveté, moins souvent sur la vulnérabilité. Pas loin du plan rock FM eighties, The Game of Love, ou encore Within (le piano de chambre de Gonzales) font partie des ballades de l'album, dont la mélancolie adulescente surprend (plus qu'elles ne convainquent). Quelque part, cette sensibilité est aussi confirmée par le parti pris musical de l'album: quasi aucune machine au programme, place aux vrais instruments.

Pour autant, comme sur la pochette du disque, Daft Punk a deux visages. À côté de la pose romantique menthe-à-l'eau, le duo se montre aussi conquérant. Quand il passe à l'attaque, Daft Punk semble pouvoir tout se permettre. Loin des plans pop de Get Lucky, Giorgio by Moroder est un monstre de 9 minutes. Le morceau démarre avec la voix du pape de la disco, sur laquelle Daft Punk ajoute un roulement typiquement "moroderien". En faisant ensuite exploser son track un peu dans tous les sens (batterie qui s'éclate, violons extatiques, combats aux lasers,...), les Frenchies évitent pourtant le pastiche. "I had no preconception of what to do", explique Moroder. Et de fait, Daft Punk semble n'en faire qu'à sa tête. Quitte parfois à frôler le ridicule et le "too much". En langage série, on appelle ça "jumping the shark". Sur Touch, le duo multiplie tellement les extravagances qu'on n'en est pas loin. Sublime ou complètement pompeux? On demande l'arbitrage vidéo et au moins une 2e écoute pour trancher définitivement.

Complété encore par deux, trois chamallow pop et l'une ou l'autre facilité disco, le disque se corse à nouveau en toute fin, avec Doin' It Right -plus simple, joueur et efficace-, et Contact et son climax bruitiste.

Au final, Random Access Memories s'avère beaucoup plus consistant qu'attendu. Insupportable aussi par moment (le miel eighties, la surutilisation du vocoder...) Mais surtout touffu, barré, avec un vrai point du vue. À réécouter, décortiquer et débattre. Car c'est bien ça la première leçon à tirer: malgré l'offensive marketing et la surmédiatisation, Daft Punk parvient malgré tout à surprendre. Et à faire (encore) parler de lui.

Tracklist:

1. Give Life Back To Music
2. The Game of Love
3. Giorgio by Moroder
4. Within
5. Instant Crush
6. Lose Yourself To Dance
7. Touch
8. Get Lucky
9. Beyond
10. Motherboard
11. Fragments of Time
12. Doin' It Right
13. Contact

En savoir plus sur:

Nos partenaires