OK Go multiplie les illusions d'optique pour son nouveau clip

18/06/14 à 12:12 - Mise à jour à 12:14

Pour le clip de The Writing's on the Wall, le groupe qui passe plus de temps à tourner des clips qu'à écrire de bonnes chansons s'approprie les illusions de Salvador Dali et Felice Varini.

C'est à chaque coup la même chose depuis le premier buzz du groupe, avec Here it Goes Again, en 2007: OK Go est un grand faiseur de clips, se réinvente visuellement à chaque coup et semble avoir des milliers d'idées à la seconde. Mais, honnêtement, qui se souvient des morceaux qu'habillent leurs vidéos? On se rappelle du "clip avec les chiens" (White Knuckles, 2010), de la "machine à dominos géante" (This Too Shall Pass, 2010), des milliers d'instruments joués en voiture pour Needing/Getting (2012), ou éventuellement d'un clip en stop motion pour les plus persistants (End Love, 2010) et d'un autre interactif (All Is Not Lost, 2011). Mais d'un morceau, d'un refrain? Non.

Du coup, le groupe originaire de Chicago et Washington DC enfonce encore un peu le clou avec The Writing's on the Wall et le clip ci-dessus qui est loin d'être avare en trouvailles visuelles et graphiques. Il faut dire qu'OK Go s'est inspiré des plus grands, des peintures géométriques d'artistes comme Felice Varini, Georges Rousse ou Dan Tobin-Smith (le monsieur derrière la pochette du Blueprint 3 de Jay-Z). La performance, filmée en plan séquence une cinquantaine de fois avant d'arriver au résultat final, comme le rapporte le Rolling Stone, est évidemment bluffante. Reste qu'au moment d'écrire ces lignes, on a déjà oublié le refrain du morceau...

(K.D.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires