Odd Future: sexe, drogue et centaure (vidéo)

22/02/12 à 10:49 - Mise à jour à 10:49

Déjantés et anticonformistes, les rappeurs de OFWGKTA sortent un clip pour "Rella", nouveau titre annonçant l'arrivée de leur prochain album. Trash et absurde à souhait.

Odd Future: sexe, drogue et centaure (vidéo)

© YouTube (capture d'écran)

Ils sont nés sur le net

Le "crew" Odd Future est composé d'une dizaine de membres, jeunes rappeurs d'une vingtaine d'années originaires de Los Angeles. Dès leurs débuts, ils font parler d'eux en distribuant leur musique sulfureuse gratuitement sur Internet et fichent un coup de pied dans l'industrie du disque en prenant en main leur carrière de bout en bout.

Ils sont déjantés, et bien plus encore

S'ils fascinent, c'est parce que leur musique est dérangeante. On pense aux débuts d'Eminem, en plus décalé, plus minimaliste. Ultra nombrilistes, violentes, misogynes... leurs paroles choquent. Leurs images aussi, du dernier clip très léché de Rella, où cohabitent sexe, drogues et centaure, aux vidéos plus amateurs comme celle de Earl Sweatshirt où les gosses s'enfilent un cocktail de drogues avant d'aller faire du skate dans les rues de Los Angeles.

Leur créativité fait aussi rire -les adolescents, sûrement moins leurs parents-, et c'est probablement le mélange qui a séduit les fans et fait circuler leurs morceaux: posté le 20 février, Rella a été visionnée plus de 330.000 fois, Yonkers plus de 37 millions de fois.

Ils sont hyperproductifs

Menés par leur leader naturel Tyler The Creator, ils produisent à la pelle musique, textes, vidéos, visuels et tweetent le tout... Actuellement, 12 albums sont disponibles sur leur site, auto-produits et diffusés gratuitement. Avec Internet pour immense terrain de jeu, ils se sont pourtant laissés tenter par l'industrie du disque en créant leur propre label avec Sony -Odd Future Records- mais en gardant le contrôle total sur les artistes signés. Leur premier album physique, Purple Naked Ladies, est sorti en décembre 2011, OF Tape Vol. 2 suivra le 20 mars prochain. Et sûrement bien d'autres.

Marie Le Douaran (LExpress.fr)

Nos partenaires