Nous avons le regret de vous annoncer le décès programmé de la presse musicale.

21/06/16 à 14:40 - Mise à jour à 15:48

Source: Focus Vif

La presse musicale papier va mal. Après le maga pop moderne français Magic en avril, c'est le mensuel gratuit et belge RifRaf qui met la clé sous le paillasson. Chronique de morts annoncées dans des secteurs aux allures de cimetière.

"C'est la fin, la fin du parcours (Murat, si tu nous lis), le fin mot de l'histoire. Après 22 ans d'activité, le RifRaf francophone est contraint de tirer sa révérence. Sans subside et gratuit, l'unique source de revenus permettant la réalisation du magazine résidait dans les publicités. Or celles-ci se sont faites de plus en plus rares, parcimonieuses, dans un secteur de la musique toujours en reconstruction. (...) Notre ultime numéro est disponible uniquement sous format digital. Nous avons tenté d'y préserver le goût de l'écoute, de la surprise, du risque, du beau." Le 31 mai, ce qui restait la seule publication belge entièrement consacrée à la musique rendait son dernier souffle de part et d'autre de la frontière linguistique. Fini de choper RifRaf sur le comptoir du Caroline, les présentoirs du Botanique, dans les couloirs du Trix et du Vooruit. "Nos difficultés financières sont historiques. Pour la simple et bonne raison que nous avons commencé sans argent, explique Mieke Deisz, administratrice du magazine. Mais la situation était devenue intenable. Nous n'avons récolté que 10.000 euros de pub sur les quatre premiers mois de l'année alors que nous avons besoin de 250.000 euros par an."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires