Non, Yoko Ono n'a pas photoshopé un cliché pour se rapprocher de Bowie

13/01/16 à 11:26 - Mise à jour à 11:28

Depuis lundi matin, les hommages de célébrités à David Bowie pleuvent. Et s'il y en a un qui n'est pas passé inaperçu, c'est celui de Yoko Ono, qui aurait trafiqué une photo pour poser plus près de Bowie. Sauf que... non.

Non, Yoko Ono n'a pas photoshopé un cliché pour se rapprocher de Bowie

David Bowie, Yoko Ono et John Lennon: la version trafiquée de la photo prise aux Grammy Awards en 1975. © DR

De toutes les "femmes de" célèbres, sûr que celle de feu John Lennon fait partie de celles qui tendent le plus régulièrement le bâton pour se faire battre... Et dont on aime se moquer. On se souvient par exemple de sa très étrange prestation au MoMA en 2010 qu'Internet s'était rapidement réapproprié pour en faire notamment un remix atroce du Someone Like You d'Adele ou pour la confronter à une chèvre aux qualités vocales similaires.

Ce 11 janvier, quand Yoko Ono publiait son hommage au grand David Bowie, elle s'en affirmait particulièrement proche, photo à l'appui: "John et moi n'avions pas beaucoup d'amis. Nous considérions David comme un membre de notre famille. Nos doux souvenirs nous accompagneront pour toujours."

Il ne faudra pas attendre longtemps pour que Les Décodeurs, le blog de fact-checking du journal Le Monde, crie au scandale en affirmant que Yoko Ono -ou son équipe- aurait trafiqué la photo en question pour y retirer des Simon & Garfunkel encombrants: sur la photo originale, prise lors des Grammy Awards en 1975, ceux-ci se trouvaient entre Bowie d'une part, et John et Yoko de l'autre.

Sauf que... si la photo a bel et bien été manipulée, ce n'est pas par Yoko Ono, mais bien par l'équipe de David Bowie (...) qui avait publié le montage en 2010 pour célébrer les trente ans de la disparition du Beatle. Et, comme le soulignent Les Inrocks, un simple coup d'oeil à Google Images permet de rendre compte de la proximité entre les deux artistes, grâce à de nombreuses photos prises à des époques variées. Tout ça pour ça...

Nos partenaires