Nick Cave, Eric Clapton... Quand les artistes ont la mort dans l'âme

22/09/16 à 14:32 - Mise à jour à 14:57

Source: Focus Vif

D'Eric Clapton à Dr. Dre en passant par Robert Plant, plusieurs grandes figures de l'industrie du disque ont perdu un enfant, mais ils ne l'ont pas tous évoqué dans un album comme Nick Cave. Funeste exploration du deuil parental dans la musique.

Après la mort de son fils de quatre ans, Conor, tombé du 53e étage d'un building new-yorkais en 1991 (le film Crossing Guard de Sean Penn est inspiré du drame), Eric Clapton trouve du réconfort dans la musique et pond la ballade Tears in Heaven (Des larmes au paradis) dans laquelle il imagine pouvoir passer plus de temps avec sa regrettée progéniture. "Beyond the door, there's peace I'm sure." Le cofondateur de Cream trouve un moyen de faire face dans l'écriture. "Après l'enterrement de Conor, je ne pouvais rien faire d'autre que jouer, déclare-t-il en 1998 à L'Express pour la sortie de Pilgrim, qui contient plusieurs titres, requiem, prières, berceuses, adressées à son petit garçon. J'ai saisi une guitare espagnole qui traînait à la maison. Sa tonalité était douce. J'ai parlé à mon fils et, surtout, je me suis entendu. Dire les mots m'a apaisé. J'ai pu évoquer notre dernière journée au cirque (Circus). J'ai réussi à décrire nos liens -même si Conor a disparu tout petit, je l'ai connu suffisamment. Par ricochet, j'ai mieux compris mon père, un père que je n'ai jamais rencontré (Father's Eyes)." Les deux chansons étaient déjà composées d...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires