Nakhane: "L'Apartheid reste une plaie ouverte qu'il faut encore nettoyer"

27/04/18 à 14:54 - Mise à jour à 14:55
Du Le Vif Focus du 19/04/18

Aux portes d'une notoriété internationale, le Sud-Africain Nakhane ose les hymnes électropop intimistes, appuyant là où ça fait mal. À voir dimanche aux Nuits Bota.

Qu'est-ce qui vous amène un jour à devenir artiste? Nakhane s'en souvient bien: il avait sept ans quand il a fait son choix -l'âge où, ballotté d'un parent à l'autre, il a finalement été adopté par sa tante. "J'en avais marre d'être baladé en permanence, je voulais qu'on me garde. Alors je faisais tout pour retenir l'attention: je chantais, je dansais, etc. C'est pour ça que la musique signifie autant pour moi."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires