Serge Coosemans
Serge Coosemans
Blogueur
Chronique

29/01/18 à 14:37 - Mise à jour à 14:36

Mes adieux à Recyclart: c'était vraiment bien mais pas tout le temps

Recyclart, l'asbl culturelle qui a animé la gare de Bruxelles-Chapelle en dehors des heures de trafic ferroviaire durant plus de 20 ans est en passe de bientôt fermer ses portes définitivement. Crash Test S03E20: une bonne occasion d'ouvrir la boîte à souvenirs vaseux, de rendre quelques hommages et de régler certains comptes...

Le vendredi 19 janvier 2018, j'ai fait mes adieux à Recyclart, une salle bruxelloise appelée dans les semaines qui viennent à définitivement fermer ses portes. Cela faisait bien longtemps que je n'y avais plus mis les pieds et j'y ai ressenti la présence de beaucoup de fantômes. Des fantômes de DJ's et de groupes aujourd'hui disparus de la circulation que j'ai pu y apprécier mais aussi des fantômes d'anciens colocataires, de petites amies transformées en dossiers contentieux et d'amis qui ne le sont plus. Bref, les spectres de ma jeunesse. J'ai essayé de remonter le fil des souvenirs mais ça n'a pas été possible. Je me souviens surtout d'images, de moments, de sensations, rarement de quelque chose de plus précis. "Ça me semble normal, m'a dit une amie à qui je faisais part de cette difficulté, Recyclart, c'était quand même bien le petit paradis de la def." "De la défonce et de l'alcool qui pète, oui", il faut bien le reconnaître. Ça a curieusement toujours été comme ça à Recyclart: l'alcool m'y a toujours rendu plus saoul plus vite qu'ailleurs. Au point de parfois même me faire commencer à chahuter après seulement trois Pastis. Un certain fakir ("Ta mutuelle va pas être contente!") et ce bon vieux Moritz Von Oswald ("Vas-y, saucisse!") pourront en témoigner.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires