Melanie De Biasio, "comme une fleur sur un terril"

30/05/16 à 12:19 - Mise à jour à 12:33

Source: Focus Vif

Avec Blackened Cities, la Carolo Melanie De Biasio fait une déclaration d'amour et de jazz aux cités industrielles décaties (Charleroi, Manchester, Detroit...) comme lieux de possible renaissance.

Fin janvier. On s'est donné rendez-vous à Charleroi, et elle y arrive par le train. Dire qu'il pleut des cordes est un sérieux understatement. La drache est tellement forte qu'elle va peut-être chasser toutes les carcasses métalliques de la ville, rayer la rouille. On peut rêver. C'est justement le motto de Blackened Cities, bouclé dans un petit studio près de la Gare du Midi à Bruxelles, alors que son système nerveux et sanguin s'est sans doute constitué dans la ville la plus controversée de Belgique. Ce Charleroi qui, à l'instar de Molenbeek, charrie des décennies de fantasmes, d'incompréhension et de pauvreté affichée. Petite-fille d'immigrés du Frioul, région rurale du nord-est de l'Italie, Melanie a été carolo ses dix-huit premières années. "Pour le grand-père paternel, ce sera Cockerill et la promesse que ses descendants éviteront l'usine."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires