Mala - Mala in Cuba

03/10/12 à 17:24 - Mise à jour à 17:24

DUBSTEP | À l'heure où le dubstep a percolé le mainstream, on pourra difficilement trouver parcours plus intègre que celui de Mala.

Mala - Mala in Cuba

MALA, MALA IN CUBA, DISTRIBUÉ PAR BROWNSWOOD/PIAS. ***

DUBSTEP | À l'heure où le dubstep a percolé le mainstream, on pourra difficilement trouver parcours plus intègre que celui de Mala. Pilier du mouvement (le duo Digital Mystikz), Mark Lawrence a toujours suivi une ligne cohérente, peu encline aux compromis. Quand le producteur s'est envolé l'an dernier pour Cuba, il ne fallait donc pas trop s'inquiéter: Mala in Cuba serait tout sauf une éventuelle version dubstep du Buena Vista Social Club. Confirmation à l'autopsie: la quinzaine de titres oublient tout exotisme facile pour creuser des lignes musicales plus profondes. Les touches caribéennes sont bien là, mais subtiles (le piano "bolero" sur Introduction, Curfew...; les percus de Ghost; la trompette de Calle F...), laissant les basses mener le débat. Hypnotique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires