Madonna ce jeudi soir au stade Roi Baudouin

12/07/12 à 15:41 - Mise à jour à 15:41

La Queen of Pop s'arrête pour la première fois à Bruxelles dans le cadre de sa tournée MDNA. Egalement Queen du buzz, la chanteuse de 53 ans enchaîne les coups d'éclat pour faire parler de sa tournée.

Madonna ce jeudi soir au stade Roi Baudouin

© print screen youtube

Deux ans presque jour pour jour après son passage à Werchter pour le Sticky and Sweet Tour, la chanteuse nous revient en tournée pour son dernier album MDNA. L'album, qui n'a rien de révolutionnaire, ne parvient visiblement pas à faire déplacer les foules. En témoignent les places encore invendues pour le concert de ce jeudi soir. Un insuccès pour ce premier passage dans notre capitale en trente ans de carrière, mais pas un flop non plus. Nul doute que les artères menant au Heysel seront bien encombrées ce soir. La ligne du métro 6 a d'ailleurs été renforcée pour l'occasion.

Pour son âge, l'éternelle papesse de la pop est plutôt bien conservée. On imagine mal Laurette Onkelinx avec qui elle partage l'année de naissance, capable d'une telle débauche d'énergie. Mais la concurrence se situe à un autre niveau. C'est avec des Lady Gaga, Beyoncé, Rihanna et Katy Perry que notre reine du dancefloor lutte pour conserver son titre. Quand Beyoncé exhibe ses jambes ambrées tartinées d'huile, Madonna, en lutte continuelle contre les vergetures (conséquences normales de 50 années écoulées et deux grossesses) fait de l'excès de muscu et arbore des jambes de culturiste. A force de s'échiner à rivaliser sur le terrain du physique avec des jeunettes de 20 ans ses cadettes, Madonna en oublie presque la musique et nous livre avec MDNA un album correct mais oubliable.

En tout cas pas de quoi provoquer des bouchons aux guichets. Du coup, toutes les méthodes sont bonnes pour faire parler de sa tournée. Une fesse montrée par-ci, un bout de sein par-là, un crêpage de chignon avec Lady Gaga, une polémique dans laquelle elle associe Marine Le Pen à une croix gammée, etc. Madonna sait encore comment faire parler d'elle.

Don't Cry For Me Madonna

Un des derniers coups en date: Madonna s'effondre en larmes alors qu'elle interprète une reprise suave de Like A Virgin lors de son passage à Berlin. Réel craquage, dépression ménopausale, ou mise en scène? La chanteuse a trop d'expérience pour qu'on croie à un geste non calculé. D'autant qu'avec plus de 20 films à son actif, elle a acquis une certaine expérience du jeu dramatique. Pour un coup de pub, on aurait attendu plus original de la part de la reine de la provoc'. On ne compte même plus le nombre de chanteurs estampillés Star Ac' ou Disney Channel qui ont eu recours au même stratagème. Les larmes de crocodile, c'est bon pour les enfants que sont Demi Lovato et Justin Bieber (qui a poussé le vice jusqu'à le faire plusieurs fois). Mais voir une chanteuse de la classe de Madonna en arriver à devoir utiliser ce type de procédés, c'est un peu triste.

Le show de ce soir n'en sera pas moins spectaculaire. Madonna n'est pas seulement une chanteuse, c'est aussi une grande danseuse. Elle en a encore fait la superbe démonstration en février lors de son passage au Superbowl. On peut s'attendre à un spectacle grandiloquent réglé au millimètre. La star nous fera, une fois de plus, la démonstration qu'à son âge elle maîtrise toujours le grand écart. On ne peut qu'être impressionné et saluer sa longévité. Mais on est également en droit de se demander si on veut vraiment voir quelqu'un de l'âge de notre mère (aussi bien conservée soit-elle) se contorsionner comme les petits asiatiques du Plus grand cabaret du monde. Parce que passé 50 ans, les tenues SM, c'est tout de suite moins sexy.

N'est-il pas temps pour notre reine de la provoc' de s'assagir et de réenfiler les robes longues de Frozen, plutôt que de continuer à entretenir le mythe de l'éternelle jeunesse. Une reconversion en femme qui assume son âge? C'est le buzz assuré. Et ça lui éviterait en plus de subir un destin peu enviable. Car, c'est bien connu: trop de botox tue le botox. Demandez à Cher.

Valentine François (stg)

En savoir plus sur:

Nos partenaires