Les failles de Benjamin Booker

16/06/17 à 16:33 - Mise à jour à 16:37
Du LeVif Focus du 09/06/17

Pour son deuxième album, l'Américain s'est perdu à Mexico pour mieux se retrouver. Et remet du groove dans sa machine soul-punk-garage. Juteux!

L'histoire démarre à peu près comme cela. Bien calé dans le siège de l'avion, Benjamin Booker est plongé dans son livre. S'il s'en détache deux secondes et jette un oeil à travers le hublot, il peut voir les côtes caribéennes commencer à se dessiner. La destination? Mexico City. Mais ce n'est qu'un point de chute. Ou plutôt une "ligne de fuite". L'objectif? Il ne le sait pas encore. Dans ses mains, le White Noise du grand écrivain américain Don DeLillo va lui donner un indice. "Je suis tombé sur cette phrase: "What we are reluctant to touch, often seems the very fabric of our salvation" ("ce que nous sommes réticents à affronter semble souvent être ce qui va justement nous permettre de nous sauver"). Tout à coup, tout se mettait en place. J'étais parti sans but particulier. Je me suis rendu compte que c'était l'occasion de mettre tout à plat. Je me suis dit: "OK, Ben, pour une fois, sois honnête avec toi-même." J'ai pris une feuille de papier et j'y ai couché toutes mes failles, tous les abcès que je devais percer. Cette liste est devenue la colonne vertébrale du disque..."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires