Les Ardentes J4: Oh my Goat!

09/07/16 à 22:08 - Mise à jour à 22:09

Un peu de guitare et de psychédélisme dans ce monde de brutes, de beatmakers et de rappeurs. Moaning Cities et Goat sortent leurs guitares et changent un tantinet l'humeur...

Les Ardentes J4: Oh my Goat!

Les psychés masqués de Goat. © Olivier Donnet

En Belgique, en Wallonie du moins, on ne peut pas spécialement prétendre qu'a déferlé ces dernières années une grande vague psychédélique. Mais si on peut parler d'une petite famille, les Bruxellois de Moaning Cities figurent quelque part à sa tête. Leur guitariste et chanteur Valérian Meunier, qui ouvrait il y a quelques semaines pour Forever Pavot à l'Atelier 210 avec son excitant projet parallèle Phoenician Drive, est d'ailleurs à la tête du Stellar Swamp, en gros la Psych Fest bruxelloise. Bref. Moaning Cities, qui figure à l'affiche, le 16 juillet, du festival de Dour, sortira son deuxième album, D. Klein, le 23 septembre. Le son semble s'être durci. Les guitares crient. Le frère et la soeur Meunier aussi. Il y a toujours du sitar, un côté Black Angels mais Moaning Cities se lâche.

Quand on voit l'ambiance aux concerts de Caballero et JeanJass et de Vince Staples (encore un ancien du collectif Odd future), qu'on la compare à celle du gig de Goat, on se demande quand même parfois si les Ardentes ne devraient pas se spécialiser et s'étiqueter festival hip hop. Les sept Suédois masqués font tout ce qu'ils peuvent mais il n'y a pas foule pour danser sur leur fusion d'afrobeat, de kraut et de musiques psychédéliques. Dans ses grandes tuniques exotiques et derrière ses masques qui nous catapultent au beau milieu d'étranges sociétés sud américaines, le collectif de Korpilombolo embarque ceux qui sont prêts à se laisser emporter. Malgré la tornade, les danses folles, des gosses restent assis quasiment au pied de la scène sans sourciller. Ben ouai, mec, faut pas déconner. Il y a quand même Bigflo et Oli qui jouent dans une heure. Chienne de vie...

En savoir plus sur:

Nos partenaires