Le "vinyl only" pour ringardiser le CD

01/12/15 à 13:05 - Mise à jour à 02/12/15 à 10:53

Source: Focus Vif

Peter Gabriel et La Muerte, même combat? Celui en tout cas de privilégier la sortie vinyl only accompagnée d'un accès digital. Et de ringardiser le CD via la notion d'objet précieux. Des histoires de rééditions au-delà du simple deal commercial.

Un box historique des Allemands proto-kraut Harmonia, un autre plus massif encore de dix plaques de Tuxedomoon, les quatre premiers Peter Gabriel, et puis des vieux belges comme La Muerte live à l'AB et le bien nommé Aksak Maboul, sans oublier de multiples BO vintage à la Morricone: toutes sorties récentes exclusivement, en vinyles 180 grammes. Aujourd'hui, on sait la rondelle en plastique sortie du trou noir dans lequel l'a plongée le CD il y a 30 ans: en 2014, le magazine Billboard estime que ses ventes représentent 6% des supports physiques -hors digital donc- du marché américain. Ce chiffre comparable ailleurs, de moins en moins anecdotique, permet de reconsidérer le LP comme produit industriel exploitable. D'autant que, selon le même magazine US, 75% des ventes de 33 Tours se fait auprès des moins de 35 ans, loin d'un revival de quasi-pensionnés rebobinant leur jeunesse. S'il n'existe aucun chiffre sur la tranche du mini-marché vinyl only, par contre, intentions et fantasmes y affluent.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires