Le syndrome Beenie Man inquiète Fadila Laanan

06/07/10 à 15:11 - Mise à jour à 15:11

La ministre de la Culture et de l'Egalité des chances a décidé de multiplier les actions en vue d'éviter les dérapages racistes et homophobes des artistes se produisant sur les scènes des festivals. Capleton, programmé à Dour, est dans le collimateur.

Le syndrome Beenie Man inquiète Fadila Laanan

© DR

La ministre Fadila Laanan envisage de mener des actions afin de réduire autant que possible le risque de dérapages homophobes ou autres, lors de festivals musicaux. Elle va aussi vérifier que les organisateurs respectent leurs obligations contractuelles envers l'égalité des chances et la prévention d'actes discriminatoires notamment.

Elle a réagi ainsi à deux incidents récents, concernant des artistes jamaïcains, entourés d'une réputation homophobe et initialement programmés aux festivals Couleur Café à Bruxelles (Bennie Man) et de Dour (Capleton).

Interrogée lundi en commission du parlement de la Communauté française par Matthieu Daele (Ecolo), la ministre de la Culture, mais aussi de l'Egalité des chances, a souligné que, sur la cinquantaine de festivals soutenus par la Communauté, ce type d'incident est relativement rare.

Mais malgré l'expérience, aucun programmateur n'est à l'abri de l'une ou l'autre dérive des artistes, a souligné Mme Laanan. Selon elle, le fait que les musiciens concernés aient signé un "Reggae Compassionate Act" les engageant à ne plus tenir de propos homophobe ne constitue pas une garantie.

La ministre mettra en place une évaluation pour vérifier si les organisateurs de festivals respectent les dispositions des contrats passés avec la Communauté lorsque celle-ci accorde des subsides. Ils prévoient d'interdire l'accès au subventionnement aux opérateurs ne respectant pas les droits fondamentaux assurant notamment la dignité humaine. Fadila Laanan va aussi attirer l'attention des festivals subventionnés sur leurs obligations contractuelles pour éviter, autant que possible, tout dérapage, en préservant cependant la liberté d'expression.

Capleton subira-t-il le même sort que Beenie Man?

On se souvient que les organisateurs du festival Couleur Café avaient dû supprimer de toute urgence le concert de Beenie Man pour éviter tout risque de dérapage. L'organisateur du festival de Dour mais aussi député CDH à la Communauté française, Carlo di Antonio a quant à lui précisé qu'il était actuellement en contact avec l'agent de Capleton afin de prévenir tout dérapage éventuel du musicien, programmé au festival.

Selon Carlo Di Antonio toutefois, Capleton s'est déjà produit à plusieurs reprises, à Bruxelles, dans d'autres villes du pays et au festival de Dour même, sans jamais susciter de réactions ou provoquer des problèmes.

Focusvif.be, avec Belga

Nos partenaires