La vérité sur Lana Del Rey

26/01/12 à 10:18 - Mise à jour à 10:18

Alors que sort son album Born to Die, on a démêlé le vrai du faux sur cette chanteuse mystérieuse, révélation de l'année.

Lana Del Rey, Born to Die, sortie le 27 janvier.

La vérité sur Lana Del Rey

© DR

Fascinante machine à fantasmes, la chanteuse a émergé dans la jungle YouTube avec deux clips -Video Games et Blue Jeans- qui ont emballé la presse internationale. Video Games a même raflé le titre de "meilleure chanson de 2011" attribué par le quotidien britannique The Guardian. Mélange d'Amy Winehouse pour la voix mélancolique et de Veronica Lake pour le physique, la jeune femme de 25 ans frôle la perfection. Presque trop. Ses lèvres (artificielles) qui ont alimenté les posts de blogs du monde entier sont devenues la synecdoque de toute son oeuvre. La faisant parfois passer au statut de poupée fabriquée, voire d'un "reflet cauchemardesque du cynisme et de la fausseté américaine" (New York Times). La tempête médiatique s'est calmée et Lana Del Rey, en minirobe en crochet, est assise comme une chatte bien sage sur le canapé de velours d'un palace parisien. Elle cherche longuement ses mots, peut-être pour brouiller les pistes sur son parcours et ses désirs. Et garder le mystère complet.

Lana est née sur le Web

Faux. Lana s'est bien fait connaître grâce à ses vidéos qu'elle crée et poste depuis l'âge de 17 ans sur YouTube: on y entend ses chansons sur un montage d'images de Monaco, du Château Marmont ou d'Elvis. Mais avant Lana, il y a eu Elizabeth (Lizzie) Grant -son véritable nom- sous lequel elle a d'ailleurs sorti un mini-album (2008) puis un album passé inaperçu (2009). Depuis, Lizzie, l'enfant "rêveuse" et méconnue, a disparu, remplacée par l'avatar qu'elle s'est inventé: Lana Del Rey. "Il n'y a aucune différence entre Lizzie et Lana. J'ai entamé ce projet artistique lorsque j'ai quitté, adolescente, ma ville natale de Lake Placid pour Brooklyn. Je suis tombée amoureuse et je me suis mise à faire des concerts. Mon nom a changé, mais je suis toujours la même personne. Il n'y a pas de mystère."

Elle surfe sur la vague rétro

Vrai et faux. Dans son clip Video Games, elle apparaît entre deux battements de cils digne d'une vamp de films noirs.

Pourtant les références aux sixties, à une "gangsta Nancy Sinatra" comme elle se définit elle-même, l'agacent. "Je ne suis pas tournée vers la nostalgie. La majorité de mes clips sont constitués d'images actuelles, mais on ne retient que le côté rétro. Je suis une femme moderne, indépendante, qui a choisi sa vie, ses études (la philosophie). Je suis de mon temps", lâche-t-elle tous faux ongles dehors. Elle tique encore sur cette étiquette de femme fatale permanentée. "Je portais déjà des faux cils au lycée. La mode, je n'y connais rien. Je me considère avant tout comme un compositeur puisque j'écris depuis que j'ai 14 ans. Evidemment, lorsque je sais que je vais être photographiée, je fais attention à ce que je porte. Il n'y a rien de plus à dire." Sauf que Lana Del Rey, icône fashion malgré elle, donc, a chanté, depuis, pour les soirées des marques Mulberry et Dior. Et vient de signer un contrat avec l'agence de mannequinat Next.

Elle a l'ambition d'une Lady Gaga

Faux. En plein buzz, alors que ses clips cumulaient 15 millions de vues sur Internet, Lana Del Rey avait improvisé cet automne une tournée européenne - les places se sont arrachées en quelques minutes. Sa prestation parisienne, courte et vacillante, a révélé une voix exceptionnelle et un talent prêt à éclore. "Je ne m'étais pas produite en concert depuis trois ans. Je ne suis pas très à l'aise sur scène, ce n'est pas mon endroit favori. Je m'améliore..." Le public -et la critique- l'attend au tournant. L'avenir s'annonce en or. Mais si tout devait s'arrêter? "Ce ne sera pas la fin du monde. Chanter n'a pas été ma priorité depuis des années. Je fais tellement de choses en dehors de la musique depuis dix ans..." Quoi, par exemple? Elle répond par une moue lynchienne. Icône ou étoile filante? Lana l'ignore encore.

Valentine Pétry (L'Express)

En savoir plus sur:

Nos partenaires