Serge Coosemans
Serge Coosemans
Blogueur
Chronique

22/01/18 à 10:16 - Mise à jour à 10:15

La torture musicale et ses mystères: Axl Rose, une arme fatale?

La musique n'adoucit pas que les moeurs, elle sert aussi à déloger des dictateurs de leurs camps retranchés et à torturer bizarrement des prisonniers irakiens et afghans. C'est une vieille méthode nazie, paraît-il, que les Américains auraient ensuite peaufinée, utilisant désormais principalement le heavy metal. Mais si tout cela relevait surtout du pipeau? Mélodies de l'horreur et Axl Rose en arme fatale, c'est le Crash Test S03E19.

L'anecdote est connue: en janvier 1990, l'armée américaine aurait délogé le général panaméen Manuel Noriega de la nonciature (l'ambassade du Vatican, en d'autres termes) où il s'était réfugié en jouant non-stop et à volume très élevé de la musique rock en dessous de ses fenêtres. Longtemps, on a parlé du choix de David Bowie, de Jimi Hendrix et de Guns N' Roses. Un article plus récent du New Yorker cite quant à lui Alice Cooper et son No More Mr. Nice Guy ainsi que le You Shook Me All Night Long d'AC/DC. C'est que Manuel Noriega aimait surtout l'opéra, explique l'article d'Alex Ross, et qu'il semblait donc normal aux petits malins de la CIA de dès lors lui balancer du hard rock, puisque quelqu'un qui aime l'opéra déteste en principe cette morveuse musique du diable.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires