La duckface d'Arthur Beatrice aux Nuits Bota

21/05/14 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Focus Vif

La Rotonde s'est laissé envahir par les Anglais ce mardi 20 mai pour les Nuits. Sous les projecteurs depuis leur album, Working Out, sorti en début d'année, Arthur Beatrice concocte la simplicité d'une indie-pop bon enfant. Un peu trop, d'ailleurs, non?

La duckface d'Arthur Beatrice aux Nuits Bota

Capture d'écran vidéo Midland © DR

Des groupes d'indie-pop, il en existe beaucoup. Pourquoi Arthur Beatrice parmi l'éventail du genre? Sans doute pour ce morceau, Midland, qui distille une fausse candeur touchante et malicieuse. Le genre de composition que les oreilles aiment à réécouter.

Depuis leur formation en 2010, le groupe de Brighton et de Londres n'a donc sorti qu'un seul album, attendant près de deux ans entre l'annonce de sa réalisation, le studio et la sortie officielle. Minutieux, Arthur Beatrice avait même annulé des dates de leur tournée en 2012 pour parfaire les détails de leur album. Deux ans plus tard, enfin, Arthur Beatrice accouche. Certains ne savent plus trop dans quelle case les emballer, d'autres seront déçus et d'autres encore gagneront le pari annoncé quelques années plus tôt. Quoiqu'il en soit, le groupe interroge. Les adeptes comme les sceptiques veulent percer le mystère Arthur Beatrice.

C'est un public timide qui entre dans la Rotonde. Assis sagement dans la salle ronde, les amateurs du genre murmurent et parlent tout bas. Ce n'est qu'après une vingtaine de minutes que la chanteuse Ella décide enfin de s'adresser à la salle pour lui demander de se rapprocher. Exécution en silence. Le ton ne change pas. Les compositions d'Arthur Beatrice seront pourtant entrainantes et doucereuses, empreintes de cette touchante pudeur que leur premier album dévoile sans concession. Mais la prestation scénique ne convainc pas. Pire, elle ennuie sur la fin - sauf peut-être pour les fans inconditionnels de duckface.

Si un album suffit pour exister, il en faudra certainement plus pour durer. On en reparle (ou pas) dans quelques années?

En savoir plus sur:

Nos partenaires