[L'album de la semaine] Anna Meredith - Varmints

29/03/16 à 15:59 - Mise à jour à 16:06

Source: Focus Vif

ÉLECTRONIQUE | Issue du milieu classique, Anna Meredith sort un premier album électronique complètement foufou, à l'image de ses morceaux. Bombastic!

[L'album de la semaine] Anna Meredith - Varmints

Anna Meredith © DR

Asseyez-vous, mettez-vous à l'aise. A la limite, sortez le popcorn -aujourd'hui, c'est permis (aujourd'hui, tout est permis). Le film -pardon, l'album-, le premier d'Anna Meredith, va bientôt commencer. On vous promet de l'aventure, des cascades, des effets spéciaux. En deux mots, du spectacle. Dès les premières notes, Varmints voit grand, joue grand. Wagnérien même: intitulé Nautilus, le morceau d'entrée imagine quelque chose comme le minimalisme maximaliste (!), mélangeant motif répétitif à la Bernard Herrmann (Psychose), grandiloquence des cuivres, et pompe dance façon TNGHT (Higher Ground). A la fois angoissant et complètement extatique donc. Les ballast remplies, le Nautilus, et avec lui tout l'album, s'enfonce ainsi dans les abysses, annonçant une histoire pleine de suspense et de rebondissements. Comme le livre de Jules Verne, l'album d'Anna Meredith est en effet un grand roman d'aventures.

On remarquera que Nautilus ne renvoie pas seulement à l'oeuvre littéraire. C'est aussi le nom d'un jeu vidéo Atari 8-bit de 1982. Avec ce seul titre, et toutes les références qui y sont liées, Anna Meredith pose ainsi le cadre: Varmints sera aussi épique que primitif, autant classique qu'électronique.

C'est également un bon résumé du parcours de l'auteure. Née à Londres en 1978, Anna Meredith a grandi en Ecosse. Et si elle ne sort qu'aujourd'hui son premier album, c'est parce que, jusqu'ici, elle s'est surtout fait un nom dans le milieu classique. Notamment pour sa manière d'en sortir régulièrement... Lauréate en 2010 du prix Paul Hamlyn, Meredith a notamment réalisé un concerto pour beatboxer et orchestre, donné un concert-éclair dans une station-service, ou composé Handsfree, pièce de douze minutes sans instruments, interprétée par quelque 150 musiciens du Youth National Orchestra.

Avec Varmints, elle franchit complètement le Rubicond. Dès 2012, en fait, un premier EP, Black Prince Fury, annonçait l'aventure électronique. L'album persiste et signe. Toujours au bord de la pop (Dowager), Varmints fait de l'expérimentation moins un enjeu qu'un véritable jeu. Entre deux pauses (Blackfriars, Honeyed Words), le disque dégorge les crescendos en forme de montagnes russes (Taken, The Vapours). Interrogée par le webzine The 405, la musicienne expliquait ainsi: "M'acharner sur des détails n'est pas mon point fort, je préfère travailler à grands coups de pinceau." Ajoutant plus loin: "Lors de l'enregistrement, avec mon groupe, il y a eu de super moments où l'on se marrait juste à repenser à quel point une partie du matériel était absurdement forte, bizarre, inattendue et crétine."

On confirme. Pas question ici de palabrer pendant des heures sur les rapprochements entre classique et musiques électroniques. Loin des grandes théories, Varmints préfère jouer les idiots savants. Avec, pour résultat, l'un des disques les plus fun, décomplexés, et ludiques de ces derniers mois.

DISTRIBUÉ PAR MOSHI MOSHI/PIAS.

En savoir plus sur:

Nos partenaires