Kamasi Washington, le renouveau du jazz qui groove: "Je ne voulais pas de compromis"

05/01/16 à 13:50 - Mise à jour à 06/01/16 à 14:23

Source: Focus Vif

Saxophoniste pour Ryan Adams, Snoop, Herbie Hancock et Lauryn Hill, Kamasi Washington a participé au dernier Kendrick Lamar et sorti avec son triptyque jazz The Epic l'un des albums de 2015. Man of the year.

Carrure de footballeur américain, allure et gentillesse de gros nounours... Kamasi Washington, baskets et cape traditionnelle africaine, est un homme de contrastes. Originaire d'Inglewood où il vit encore, un quartier noir de Los Angeles célèbre pour sa violence, ses drogues et ses putes, le saxophoniste restera à 34 ans l'une des révélations de 2015. Incarnant à la fois le rajeunissement du jazz, les joies de la création en communauté et éventuellement un message politique post-Ferguson. "Quand tu grandis dans ce genre d'endroit, il ne te semble pas dangereux. C'est la maison. Tu entends des coups de feu mais tu ne te réveilles même plus", raconte le diplômé en ethnomusicologie de UCLA qui a un jour trouvé une prostituée morte dans son jardin. Washington, qui est soigneusement resté à l'écart des gangs et a fait partie d'un programme d'éducation musicale pour surdoués des quartiers défavorisés, a collaboré avec les plus grands (de Snoop à Quincy Jones en passant par Mos Def). Mais aujourd'hui, c'est sa propre musique qu'il défend. Le jazz l'en remercie.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires