John Maus: "Ce n'est pas qu'on ne réfléchit pas assez. C'est qu'on ne réfléchit plus du tout"

30/05/18 à 10:10 - Mise à jour à 10:43
Du Le Vif Focus du 24/05/18

Docteur en philosophie politique, John Maus questionne le progrès technologique et marie la musique baroque au post-punk et à la cold wave synthétiques. Brainfeeder...

Il a fixé rendez-vous au Tivoli, l'énorme complexe culturel où il joue dans la soirée. Il est finalement dans sa chambre d'hôtel, à cinq bornes de là, s'excuse Joe Maus, son manager, musicien et frangin. Dix minutes de vélo et quelques gouttes de sueur plus tard, on retrouve John Maus, qui s'excuse platement et se met à table dans le restaurant désert de l'établissement impersonnel qui l'héberge. Le grand pote tourmenté d'Ariel Pink se prend d'emblée la tête entre les mains et tire sur sa tignasse. Pas une manière d'exprimer son incrédulité ou de manifester son mécontentement. Juste un moyen de se concentrer, de faire le point. Le natif d'Austin, petite ville du Minnesota, est un intello de la musique. Un penseur de la pop. Il a étudié la composition au California Institute of the Arts (c'est là qu'il a rencontré Mister Pink) et a poursuivi avec un doctorat en philosophie politique à l'université d'Hawaii. Sa thèse? Une étude des sociétés de contrôle qui s'appuie sur les théories de Foucault, Deleuze, Zizek...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires