Jardin secret : le hasard et l'hypersensibilité de David Bartholomé

27/07/17 à 09:00 - Mise à jour à 09:50
Du Le Vif Focus du 14/07/17

Gamin, Bartholomé découvre l'astrologie par la voie paternelle et développe un sens de l'ésotérisme qui détermine toujours sa vie, création musicale naturellement comprise.

David Bartholomé est une poupée russe: il y a toujours un autre personnage qui peut apparaître lorsqu'on pense avoir décrypté celui qui se trouve devant vous. C'était il y a trois ou quatre ans à une terrasse saint-gilloise: il habite dans le coin une partie du temps, l'autre étant partagée avec sa fille de douze ans dans le nord de la France. Et David parle de son enfance. Lui, coquet sur son âge biologique et sa vie perso, donne soudain quelques clés de ces années-là: d'un côté, la vie chez la mère tenant une auberge de jeunesse à Arlon, et puis de l'autre, des visites plus rares chez un père, directeur d'un centre de vacances dans les Ardennes. "Enfant, j'avais une hypersensibilité mais on parlait peu du hasard, des coïncidences: pas plus aux repas de famille qu'à l'école. Et puis mon père est devenu, en très peu de temps, obsédé par l'astrologie, voulant aller plus loin que l'interprétation basique que tel signe dans telle maison signifie ceci ou cela. Il voulait aller en profondeur avec ce que l'on appelle les planètes noires: l'astrologie donne une photographie du ciel au moment de la naissance, les étoiles sont supposées émettre des fréquences et de l'énergie au sujet qui en est imprégné. Le calcul se fait entre l'emplacement de la naissance et la surface de la planète censée apporter les vibrations, mais les anciens ont aussi calculé l'arrière de la planète, la surface qui est dans l'ombre, "les planètes noires", mon père s'intéressait beaucoup à ça." Souvenir fort: David a sept ou huit ans lorsque son père plonge dans l'obsession, il en a dix ou onze lorsqu'il arrive un jour chez lui devant un spectacle inattendu: "Mon père avait assemblé autour de la carte de la Belgique une carte de France et d'autres: le tout occupait l'intégralité du sol d'une pièce, ça devait bien faire six mètres de longueur. Et il était penché là-dessus, arc-bouté, complètement dans son truc. Quand tu fais un thème astral, il s'agit d'un cercle avec douze maisons et les planètes dans les maisons sont calculées avec des degrés dive...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires