Insecure Men/Warmduscher/Fat White Family: Saul Adamczewski, génie déglingué

07/06/18 à 13:38 - Mise à jour à 13:39
Du Le Vif Focus du 31/05/18

Il s'est fait bannir des Holiday Inn, virer d'une tournée de The Coral et même de son groupe la décadente Fat White Family... Qui est vraiment Saul Adamczewski? Réponse sur fond de soft music et de rock vicelard. Provocation, déglingue, génie et addictions...

Il préfère l'intimité moite et l'odeur masculine de sa loge (ils sont sept entassés dans 20 petits mètres carrés) au soleil et à la verdure de la terrasse. Il est quatre heures de l'après-midi aux Nuits Botanique et Saul Adamczewski n'est pas encore défoncé. Certes, il a le regard scintillant d'un zombie et le sourire non rafistolé d'un bon vieux Ken Loach mais le guitariste de la Fat White Family a le visage assez sain et les idées plutôt claires. Saul Adamczewski est un peu le Syd Barrett du XXIe siècle. Ou plutôt, pour l'instant, une espèce de croisement entre l'ancien Pink Floyd, Baxter Dury et Brian Wilson. Si la Fat White Family est ce qui est arrivé de mieux au rock anglais depuis 20 piges, Saul, son génie cramé, est né il y a 30 ans, le 22 septembre 1988, dans le sud de Londres au Camberwell's King's College Hospital. "J'ai grandi dans le coin. Ma mère était assistante maternelle et mon père était chef." Au divorce de ses parents, il s'en va vivre avec son frère et sa génitrice à Tulse Hill, près de Brixton. L'enfant est difficile. À onze ans, il se fait virer de l'école pour avoir attaqué physiquement l'un de ses professeurs. Il échoue dans un établissement scolaire hippie expérimental où les élèves décident de tout. En ce compris de le virer (ce qui deviendra, on va le voir, l'histoire de sa vie). Puis dans un autre pour gosses en difficultés aux allures de quartier de sécurité avec des alarmes aux portes. C'est en en sortant qu'Adamczewski lance au milieu des années 2000 son premier groupe: The Metros. Signature sur 1965 Records, label fondé par James Endeacott (The Libertines, The Strokes). Saul a alors 18 ans. "On avait quelques fans dans le sud de Londres. Des mecs de notre âge. On a conclu un deal et enregistré un disque qui n'était pas génial, More Money Less Grief . Puis on l'a sorti. Personne ne l'a aimé. Et on s'est fait jeter."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires