In my hard drive: Supplice du pal et rédemption

24/06/16 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

À la veille du break de l'été, DJ Kwak conte son western bruxellois, se réjouit des concerts de EPMD et Cypress Hill ou encore de l'ouverture de nouveaux disquaires. IMHD S5E26.

In my hard drive: Supplice du pal et rédemption

© Kwak

De mes lectures enfantines de BD de western, je garde le souvenir que l'on pendait les voleurs de chevaux haut et courts. Que Blueberry savait comment retrouver un canasson dans un espace grand comme la Belgique et que Lucky Luke mettait toujours les Dalton en prison. Mon western bruxellois, c'est l'histoire d'un petit sac, comme celui-ci, qui m'a été subtilisé en début de semaine. Avec plein de belles choses dedans, allant de la soul au psyché-fuzz, en passant par quelques classiques 80's, de Etta James et Lyn Collins en passant par Curtis Mayfield, James Brown, des rééditions de super raretés, que l'auteur de cette forfaiture trépasse dans les plus abjectes turpitudes, les plus infinies douleurs, le supplice du pal devant être une première étape vers sa rédemption. Traitement médiéval promis. Petite liste non-exhaustive des pertes... People Records, Curtom Records, Buddah Records, Chess Records, Mukatsuku, Athens of The North, Polydor, Culture of Soul, Mr Bongo... Bien entendu, ce ne sont que des disques, bien entendu, tout est retrouvable (à condition de précisément connaître le contenu) et, tout aussi bien entendu, je râle des barres.

Les concerts de EPMD et Cypress Hill ont été des moments de pur plaisir comme seuls peuvent l'offrir des "idoles". Je perds tout sens critique pour ne retenir que la joie d'y avoir assisté en communion avec les autres spectateurs. Des rois de la punchline qui auront marqué leur temps malgré leur teint, comme le défunt Mohamed Ali (REP), dont ils n'ont sans doute pas le sens de l'esquive mais possèdent le sens du rythme sans aucun doute.

Je termine ma saison (bien pleine) par un voyage à Lyon et Marseille, ainsi que par la Boat party annuelle de Strictly Niceness à Bruxelles les Bains et Couleur Café, le dimanche. L'été sera calme, comme chaque année, on rechargera les batteries, passera du temps en famille, préparera la prochaine saison et se dira qu'on a vécu une bien belle année au niveau musical.

Annoncer l'ouverture d'un disquaire fait partie de mes menus plaisirs, y ajouter une seconde, à côté de laquelle j'étais passé, c'est un luxe de gourmets. Luxe de collectionneur de disque, que la descente en flèche de la livre sterling qui suit le Brexit appuiera. Le bonheur des uns, le malheur des autres, tout ça, tout ça... Mais surtout, un énorme échec d'un projet européen qui n'a plus de projet que le nom tant il est invisible, illisible, dépourvu de dimension humaine et citoyenne. L'achat ou la vente de disques, pas plus que la libre circulation des capitaux et des marchandises, ne mobilise le citoyen. Les passages en force des exécutifs, gouvernant par décrets, à coups de 49.3, ou faisant passer des lois en douce pendant l'Euro, les vacances ou la St Glinglin, rendent ledit citoyen cocu et mécontent. La libre circulation des personnes, l'accueil ou non des réfugiés, le respect des droits du travailleur, de la liberté de manifestation, d'association, de contestation, doivent redevenir des priorités politiques sous peine de délitement encore plus marqué et de désaffection encore plus grande.

À l'heure du break de l'été (que je vous souhaite excellent), je vous demande la route. Quoi que vous fassiez, faites-le bien. Surgira bien quelque "Summer mix" venant de ma part pour vos petites esgourdes. Ainsi que quelques Back To Niceness Summer Specials produits par des amis. Rendez-vous sur Mixcloud ou là où je jouerai.

En savoir plus sur:

Nos partenaires