In my hard drive #14: Appelle-moi Levi Strauss

01/02/12 à 12:00 - Mise à jour à 12:00

Funk, reggae, soul, hip-hop, house, metal... Chaque semaine, Deejay Kwak partage ses good vibes du moment.

In my hard drive #14: Appelle-moi Levi Strauss

© DR

C'est parce que voyez-vous, samedi soir, je n'ai pu refuser la "proposition" de regarder les NRJ Music Awards diffusés sur une grande chaine française. Spectacle marquant. Non sur le fond, plutôt sur la forme. L'insubmersible et dispensable Nikos A. et ses blagues à trois centimes, la débauche de moyens techniques, les phénomènes de foire, les jolies plantes inutiles, les artistes qui vendent, ceux qui veulent en être et le public. Mes ados, ils auraient rêvé d'en faire partie de ce public. Ils auraient adoré en être. Le sourire sur leur petite tête suffisait à faire notre bonheur. C'est heureux parce que le contenu était franchement affligeant. Le plus affligeant étant le manque de sincérité affiché, voire revendiqué. La pouponne Adele, remportant deux prix, c'est la bonne nouvelle de la soirée, selon moi. La sensation de voir ces nominés se foutre éperdument de leurs "clients", je ne vois pas d'autre mot adéquat. Fans, certainement, clients surtout. C'était patent. Un peu choquant aussi. Reste un mauvais goût en bouche. Et la sensation d'être en voyage d'étude anthropologique, tant ce monde est éloigné du mien... Appelle-moi Claude Levi-Strauss. Ou Fréderic Lopez. Heureusement, je n'ai pas assisté à toute la cérémonie, c'eut été trop pour ma pauvre valve. Salauds de jeunes!!

Il a fallu me nettoyer les oreilles de cette bouse sonore. Et Deymare m'a sauvé. Deymare, c'est un producteur de house finlandais publié sur un label suédois nouvellement crée à Stockholm. Deymare prouve qu'on peut avoir parfaitement digéré ses influences house et techno, les revendiquer jusqu'à la citation et être frais, moderne, tant de son temps que hors de celui-ci.

 

J'avais des emplettes à faire, et je les ai faites. Un bon gros tas de belles pochettes contenant de belles galettes pour mes esgourdes. Et les vôtres. James Mtume est un percussionniste ayant joué notamment avec Miles Davis. A la fin des années 70, il a fondé son groupe appelé Mtume (prononcer "Em Too May") dont Le tube Juicy Fruit fit un carton en 1983. Si l'album In search of the rainbow seekers, datant de 1980, est franchement réussi, le morceau Give it on up est tout simplement sublime.

A ripper en urgence. Le temps manque, pas les disques, ayant fait le fanfaron sur Discogs Point Com ces dernières semaines. Classiques et découvertes. Essentiellement jazz, funk, salsa et soul. Je me croyais guéri, mais non, le virus "vinyle" m'a rattrapé. Ce doit être la faute de Rich Medina. YouTube aidant, on peut acheter des disques sur le net en les écoutant, comme chez le disquaire. Je me réjouis de bientôt me rendre chez mon vendeur préféré. Vu ses récents achats, il va y avoir de la matière. Patience...

Quoi que vous fassiez, faites-le bien. En vous souhaitant une excellente semaine.

Deejay Kwak

EN ROTATION LOURDE CETTE SEMAINE

+/ Mtume: In search of the rainbow seekers (Epic) / Funk
+/ The Moments: Moments with you (Stang) / Funk
+/ Etta James: The Chess Boxset (Chess) / Soul-jazz-gospel
+/ Eric Lau: The Mission EP (Killawat) / hip hop
+/ Common: The Dreamer-The Believer (Warner) hip hop
+/ Rasheed Chappell: Future Before Nostalgia (Kay Dee) / hip hop
+/ Various: Cartagena (Soundway) / Cumbia

Nos partenaires