IMHD 2.12: In My Moody Hard Drive

14/11/12 à 11:05 - Mise à jour à 11:05

J'ai passé une excellente semaine, merci. Seulement humidifiée par un dégât hydraulique dans la pièce où sont les disques. Un désagrément de taille. Doublé d'un surcroît de travail dont je me serais volontiers passé puisqu'il me faudra rafraîchir. In My Moody Hard Drive S2E12.

IMHD 2.12: In My Moody Hard Drive

© Pkamaze (Flickr)

Je me prépare donc aux joies du déménagement, du rafraîchissement de cette fameuse pièce. Bouger la collection sans (trop) la déranger, trouver de la place pour l'y déposer temporairement, bouger les étagères, arracher le tapis, repeindre, ranger la collection, faire appel à l'équipe... Ô joie! Heureusement, les pertes consécutives à ce malheureux incident sont minimes... Pas de disques trop abîmés, leurs pochettes, par contre... Je me console en me disant que j'écouterai plein de disques à un volume élevé, que cette pièce n'en sera que plus agréable mais peut-être fais-je de la prospective mentale sur l'agréabilité potentielle de la chose? Tout dépendra de la sélection. Du bon gros rock qui tache, QOTSA, Karma To Burn, Slayer ou Agnostic Front; du bon disco rap façon T Ski Valley ou Masterdon Commitee, ça devrait le faire. Parlant de disco-rap, l'hyperactif Kenny Dope a ressorti l'une de ces raretés "que tu sais même pas que ça existait mais qui ne va plus quitter mon sac pendant un bon bout de temps". Un truc de pionniers, dont le MC le moins méconnu, Busy Bee, a eu une carrière respectable mais pas flamboyante.

 

Le coup de coeur de la semaine, c'est cette refonte du classique See Line Woman de Nina Simone par Ogris Debris, des producteurs allemands signés sur le label autrichien Affine Records (Dorian Concept). Partant d'un enregistrement live datant de 1987, ils recréent entièrement un morceau house dont la particularité est la voix de Eunice Waymon. Déjà rauque et profonde, on touche, dans cette version, à l'intimité de Nina, sa fatigue, ses fragilités. Superbe! Et ils vous l'offrent si vous cliquez sur la flèche.

 

J'avais vu Stuff en première partie du Robert Glasper Experiment à Gand en avril dernier. Le groupe gantois avait, à mon sens, surclassé la diva jazz américaine, les excès de talk box de son saxophoniste Casey Benjamin et ses attitudes désinvoltes. Comme dans le groupe de Glasper, la figure marquante ce soir-là fut le batteur. Lander Gyselinck n'est rien de moins qu'un virtuose derrière ses fûts. Les autres musiciens du groupe sont du même tonneau. L'avenir leur appartient et, cette compilation à venir du café "White Cat" de Gand où ils jamment de manière régulière est là pour le rappeler.

 

Pour terminer, mon éminent collègue Serge Coosemans s'est fendu d'un mix rafraîchissant pour mes petites esgourdes compte tenu de ce qui y entre habituellement.

Allez, je vous laisse. J'ai un podcast à faire pour mon frangin marseillais Mars Blackmon. Et des pinceaux à aller acheter. Quoi que vous fassiez, faites-le bien. En vous souhaitant une excellente semaine.

EN ROTATION LOURDE CETTE SEMAINE

ALBUMS
+/ Joey Bada$$: 1999 (mixtape) / hip hop
+/ Henri Pierre Noel: Piano (Wah Wah 45) / jazz-disco-boogie
+/ Herbie Hancock: Feet Don't Fail Me Now (Columbia) / jazz-disco-boogie

SINGLES, 45'S & EP'S +/ Alice Russell: Heartbreaker (Tru Thoughts) / soul
+/ Nina Simone: See Line Woman Ogris Debris edit (Soundcloud) / house-jazz
+/ Uphigh Collective: What!? EP (Tangram) / dubstep-bass-beats-trap
+/ Monkey Robot: Monkey Robot EP (Bastard Jazz)/ beats-hip hop-jazz
+/ The Marvelous Three & The Younger Generation: Rapping All Over the World (Kay Dee) / hip hop-disco rap

A VOIR, DANSER, CETTE SEMAINE 15/11: SHACKLETON @ ANCIENNE BELGIQUE
15/11: THE SOUL SNATCHERS @ LE BAR DU MATIN
16/11: MULATU ASTATKE @ ANCIENNE BELGIQUE
17/11: AFRO HEAT PARTY @ JOUR DE FÊTE
21/11: GEORGIA ANN MULDROW + DECLAIME + DJ ROMES @ LONDON CALLING
21/11: LIANNE LA HAVAS @ CIRQUE ROYAL

Nos partenaires