Gros clash sur les réseaux sociaux entre le rappeur Booba et l'islamologue Tarik Ramadan

15/07/14 à 15:57 - Mise à jour à 16:29

Source: Focus Vif

Le rappeur originaire de Boulogne Billancourt, s'est récemment écorché avec le professeur islamologue Tarik Ramadan, qui lui reproche sa couardise dans le conflit israélo-palestinien et notamment son manque de soutien aux victimes palestiniennes.

Gros clash sur les réseaux sociaux entre le rappeur Booba et l'islamologue Tarik Ramadan

booba © DR

Tout a commencé par des messages de soutien à la Palestine publiés par des fans sur les réseaux sociaux du rappeur français. Twitter, Instagram, Facebook, aucune plate-forme n'a été épargnée. Le "Duc de Boulogne", tel qu'il se surnomme, visiblement agacé par le virage politique que prend, malgré lui, sa personne a décidé de mettre le hola...assez maladroitement : "Tous ceux qui croient aider la Palestine avec des posts Instagram, Facebook, etc., vous faites vraiment pitié, bande d'hypocrites. Pas de politique ici. Si vous voulez aider, allez sur le terrain, bande de truffes, ou sinon fermez-la à jamais !" Une réponse abrupte qui n'a pas manqué de faire réagir ses fans assez surpris de sa réaction. Car, Booba, dont la maman est juive, a toujours clamé être de confession musulmane. Pour beaucoup d'adeptes du rappeur, il aurait dû, dès lors, marquer son soutien à ses "frères Palestiniens". Cette prétendue neutralité dont se réclame le rappeur, passe pour de l'hypocrisie aux yeux de beaucoup d'observateurs du milieu du rap français alors que deux jours plus tard, le rappeur Rhoff, son ennemi juré, a lui, clairement apporté son soutien aux Palestiniens. Pour rappel, les deux artistes ont passé l'année à se défier via morceaux interposés.

Un professeur d'Oxford pour "clasher" le rappeur du 92

Et parmi le florilège de réponses négatives, la plus sèche et la plus inattendue est venue du Suisse Tarik Ramadan, professeur islamologue à l'université d'Oxford en Angleterre. Sur sa page Facebook, il publie une réponse qu'il intitule : "Booba le courageux et la honte". Il y souligne également l'hypocrisie dont fait preuve le rappeur, celle-là même qu'il reproche à ses (ex)fans : "Le courageux rappeur Booba, (...) a demandé à ses fans de cesser de poster des messages de soutien aux Palestiniens sur sa page et il les traite d'hypocrites. Grand courageux, en effet, Booba. Mais qui donc est hypocrite? Ces fans ou lui-même qui affirme ne pas faire de politique en prenant la décision, très politique, non seulement de se taire sur ce massacre, mais d'interdire que l'on soutienne les Palestiniens opprimés? Hypocrite, en effet, et honteux." Habitué des clashs, Booba se fend alors d'une réponse argumentée en sept points se proclamant entre autre "ni pro-israéliens, ni pro-palestiniens, ni pro-zobi". Autre morceau choisi: "on n'arrête pas les chars avec la 3G. Alors, bombarder Internet avec des "sale juif" et des "free Gaza" me fait bien sourire".

Le professeur Suisse, habitué aux grands débats télévisés ne se laisse pas impressionner par la réponse du rappeur: "Booba prend de haut ceux qui s'engagent pour la Palestine sur les réseaux sociaux: le seul vrai combat, dit-il, serait de partir là-bas. J'avais laissé entendre que cela lui permettait, à lui, hypocritement, de ne pas prendre position. Il confirme ma position et le dit clairement : Ni pro-Israélien ni pro-Palestinien... Bravo!" " Et l'islamologue de conclure: "Les bombes pleuvent sur Gaza, le massacre continue, et le rappeur est neutre et ne condamne pas la politique israélienne... C'est beau! C'est surtout indécent et honteux, et je n'ai rien à ajouter."

Une ambigüité déjà révélée par plusieurs détracteurs

Le rappeur Booba clame donc être converti à l'islam et n'hésite pas à placer quelques mots en arabe dans ses titres. En 2012, le rappeur Rhoff avait mis en doute ses allégations dans le morceau Wesh Zoulette: "Ni-rebeu ni négro, le plus gros mytho de l'époque". Quelques mois plus tard, c'est un autre de ses ennemis du rap français, la Fouine, qui prétend carrément que Booba est de confession juive, mais ne l'assume pas. Il l'exprime dans sa chanson Autopsie 5 : "On connait tous ta religion, arrête de la renier". Deux ans plus tard, la Ligue Juive s'en prend, elle aussi, au rappeur pour des propos "faisant l'apologie de la haine". En effet, dans son titre Porsche Panamera sorti en février 2014, il clame dans le refrain : "On canarde tout pour une cause : Mohamed Merrah", du nom de ce terroriste ayant, de sang-froid, assassiné sept juifs dans une école à Toulouse en 2012. Ce qui est clair, c'est qu'avec ce nouveau clash, Booba a prêté le flanc à tous ses détracteurs et risque de perdre beaucoup le soutien de ses fans des cités, qui sont, pour la plupart, de confession musulmane. La preuve: une page Facebook, qui a déjà récolté plus de 7000 fans en à peine 2 jours, appelle au boycott du rappeur.

Eric L. (st.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires