Francesco Tristano: "Je veux faire danser le public classique et provoquer le public dancefloor"

30/03/17 à 16:48 - Mise à jour à 16:50
Du Le Vif Focus du 24/03/17

Esprit libre et ludique, le pianiste classique s'amuse à alterner sonates de Bach et hymnes techno de Detroit. Vous avez dit iconoclaste? Explication avant son concert en ouverture du festival Listen!

La dernière fois qu'il a joué à Bruxelles, c'était au Fuse, le club techno mythique de la capitale. Encore avant, c'était à Bozar. Appelez ça le grand écart. Le 30 mars prochain, le Luxembourgeois Francesco Tristano enchaînera les deux casquettes lors d'une seule et même soirée: en ouverture du festival Listen! (lire notre article), à Flagey, il commencera par un piano solo au Studio 4, avant de brancher les ordis et les synthés pour un live électronique dans le hall principal. Cela fait un moment que la musique classique s'est acoquinée avec la techno. Rares sont toutefois ceux qui, comme Francesco Tristano, ont pratiqué ce rapprochement avec autant de naturel et d'obstination. "Il n'y a pas très longtemps, je suis retombé sur une photo de moi, gamin. Je devais avoir dix, douze ans. Sur l'image, j'ai installé mon synthé à côté du piano et je joue des deux en même temps. Finalement, aujourd'hui, je ne fais rien d'autre." Pour ceux qui pensaient voir dans le mélange classique/électronique pratiqué par Tristano un acte de rébellion, c'est raté. En fait, c'est un héritage...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires