Fats Domino, roi du rhythm'n'blues, est mort à 89 ans

25/10/17 à 16:56 - Mise à jour à 17:43

Antoine "Fats" Domino, légende du rhythm'n'blues made in New Orleans, est mort "en paix" dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 89 ans.

Fats Domino, roi du rhythm'n'blues, est mort à 89 ans

Fats Domino © ISOPIX

Le pianiste et chanteur américain Fats Domino, décédé mercredi à 89 ans, était le roi -salué par Elvis Presley- du rhythm'n'blues des Noirs aux Etats-Unis, précurseur du rock'n'roll des Blancs dans les années 1950. Des légendes du rock comme John Lennon et Paul McCartney lui ont notamment rendu hommage pendant leur carrière en chantant plusieurs de ses chansons.

Né le 26 février 1928 à La Nouvelle-Orléans en Louisiane (sud) dans une plantation de sucre où travaillent ses parents, Antoine Domino Jr. use davantage ses fonds de culotte devant son vieux piano que sur les bancs de l'école. Benjamin des huit enfants d'une famille de créoles catholiques, élevés dans la langue anglaise, il quitte l'école à onze ans pour travailler à l'usine.

Du boogie-woogie à 14 ans

Fan de musique, des gospels de la messe à celle du vieux gramophone familial, il apprend seul le piano et, à 14 ans, commence à jouer du boogie-woogie dans des clubs voisins. Il y rencontre Robert "Buddy" Hagans, qui l'accompagnera au saxo pendant 25 ans, avec le batteur Victor Leonard et le guitariste Rupert Robertson. Il fait des tournées avec le groupe de Billy Diamond.

Il a 21 ans lorsque Lee Chud, directeur de la maison de disques Imperial à Hollywood, lui fait signer son premier contrat. "Fats" Domino, présenté sous ce nom pour sa taille imposante et en référence au pianiste de jazz Fats Waller, enregistre alors une version modifiée de The Junker's Blues rebaptisée The Fat Man. C'est immédiatement un grand succès à la radio et une source vive d'inspiration pour le rock'n'roll.

Parmi ses nombreux tubes des années 1950, on peut citer Goin' Home qui, en 1952, devient numéro un au palmarès rhythm'n'blues et entre aussi dans le classement pop, puis Ain't that a Shame suivi de I'm Walkin', All by Myself et Poor Me, vedettes des juke-boxes.

En 1986, Fats Domino est classé officiellement parmi les dix plus grands artistes de rock'n'roll avec notamment Elvis Presley, Ray Charles, Chuck Berry, Little Richard, James Brown. En décembre 1987, il reçoit un Grammy Award -prestigieuse récompense américaine de la musique- pour l'ensemble de sa carrière, aux côtés de B.B.King et de Ray Charles.

Dernier album en 2006

En 1995, l'Europe l'acclame lors d'une tournée avec Ray Charles et Little Richard mais une pneumonie lui fait perdre sa voix et il doit regagner les Etats-Unis prématurément. Trois ans plus tard, le président Bill Clinton lui décerne la médaille nationale des Arts.

Lors de l'ouragan Katrina qui a laminé La Nouvelle-Orléans et fait plus de 1.800 morts en août 2005, Fats Domino et sa famille ont été contraints d'évacuer leur manoir dans son quartier natal du Low Ninth Ward. Fats et sa femme Rosemary, épousée lorsqu'il avait 19 ans et mère de ses huit enfants, ont alors déménagé de l'autre côté du fleuve Mississippi.

Au printemps 2006, il a sorti son dernier album Alive and Kickin' pour aider les musiciens amateurs de la région de La Nouvelle-Orléans.

Elvis Presley avait estimé que Fats Domino "devrait être considéré comme le véritable roi du rock'n'roll".

En savoir plus sur:

Nos partenaires