Est-il possible de réussir sans maison de disque?

24/02/17 à 10:18 - Mise à jour à 10:17

Internet a permis l'avènement d'artistes qui peuvent se passer des maisons de disques. Récemment lauréat de 3 Grammy Awards, Chance The Rapper semble ouvrir une nouvelle voie dans l'industrie musicale.

Est-il possible de réussir sans maison de disque?

Chance the Rapper aux Grammy Awards © REUTERS

Dans une époque où les ventes physiques d'albums sont au plus bas, l'industrie musicale semble se chercher un nouveau souffle via les ventes numériques sur Internet et les plateformes de streaming. Mais si des services comme Spotify ou Deezer ont vu le jour il y a une dizaine d'années, ce n'est qu'en 2014 que le magazine américain Billboard a ouvert les portes de son classement des meilleures ventes d'albums au streaming et aux sorties digitales. Les Grammy Awards n'ont quant à eux pris en compte ces oeuvres que depuis leur dernière édition qui a eu lieu le 12 février.

C'est donc avec joie qu'un artiste comme Chance The Rapper a vu l'arrivée de ces deux modifications puisqu'il a toujours refusé de sortir ses mixtapes en version physique. Mieux encore, il les offre gratuitement en téléchargement légal pour que tout le monde puisse avoir accès à sa musique. Sa dernière sortie Coloring Book lui a d'ailleurs permis d'être le premier artiste à se placer dans le top Billboard 200 grâce à un album uniquement disponible sur les plateformes numériques. Elle lui a également rapporté 7 nominations aux Grammy Awards parmi lesquelles il a remporté le prix du meilleur album rap, du meilleur nouvel artiste et de la meilleure performance rap de l'année. Quand on sait que les opposants s'appelaient Kanye West ou Drake, on prend conscience de la nouvelle dimension prise par le rappeur âgé de seulement 23 ans et dont la carrière a débuté il y a 5 ans à la sortie de sa mixtape 10 Day.

Le DIY comme mode de vie

Quand on sait qu'une maison de disques prend un pourcentage élevé des recettes tirées des ventes d'album, il est parfois tentant de s'en débarrasser et de tout faire soi-même. Le groupe Nine Inch Nails avait décidé de quitter Universal Music pour distribuer en partie gratuitement ses sixième et septième albums. Les membres de Radiohead avaient choisi de vendre In Rainbows à un prix libre avant de partager leur projet King of Limbs sur leur site Internet, ce qui en a fait leur disque le plus rentable. Mais ces cas-ci font état d'artistes déjà reconnus qui étaient suivis par des milliers de fans.

Si Internet a permis à une quantité inimaginable d'artistes de partager leurs créations, peu arrivent vraiment à connaître un énorme succès sans avoir à un moment ou un autre l'appui d'un label. Le rappeur américain Hoodie Allen a su fédérer un grand nombre de fans à l'aide de sa page Youtube où il poste régulièrement des vidéos où il montre sa vie de tous les jours, d'autres où il remercie ceux qui viennent à ses concerts ou encore une où il demande à l'animateur Jimmy Fallon de pouvoir passer à son émission. Grâce à sa notoriété acquise sur la plateforme de vidéo, plusieurs de ses clips dépassent les 10 millions de vues. À la différence de ceux exemples cités plus haut, il est parti de rien et avec ses propres moyens, il a su montrer qu'il était possible d'y arriver sans passer par une major.

Chance The Rapper fait également partie de ces ovnis de l'industrie musicale qui ne vendrait sa liberté pour rien au monde. La première fois que l'on entend parler de lui, c'est grâce à sa mixtape 10 Day, enregistrée alors qu'il avait été suspendu par son école pour possession de cannabis. À ce jour, elle compte plus de 500.000 téléchargements sur DatPiff, la plateforme spécialisée en albums de hip hop. Les deux enregistrements suivants ont confirmé le talent du rappeur âgé de seulement 23 ans et les récents évènements aux Grammy Awards en font une des personnalités les plus demandées par les labels qui tentent de s'en attacher les services à coups de millions. Différents journaux, dont The Independent, ont récemment révélé qu'il avait refusé des offres s'élevant à 10 millions de dollars, mais ces chiffres ne semblent pas faire tourner la tête du rappeur de Chicago qui se finance grâce au merchandising et à ses nombreux concerts.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos