Esperanzah s'engage contre le TTIP avec un court métrage post-apocalyptique

12/07/16 à 15:50 - Mise à jour à 16:25

Alors que les négociations sur le TTIP et le CETA battent leur plein, le festival Esperanzah et Tout autre chose ajoutent leur grain de sable dans la machine trop bien huilée du libre-échange. C'est toujours ça de pris...

"Mieux vaut se réveiller tard que de dormir à jamais", peut-on lire sur un flyer distribué dans le court métrage de Nicolas Van Ruychevelt, réalisé dans le cadre de la 15e édition du festival Esperanzah qui veut décidément asseoir sa réputation de festival engagé. Diversion imagine ainsi l'ambiance post-apocalyptique dans laquelle serait plongée l'Europe, dix ans après une hypothétique signature du TTIP.

C'est sûr que, au lendemain d'un Brexit sur fond de déception européenne et alors que les négociations autour des traités transatlantiques battent leur plein, on se dit que l'Europe ferait bien de se ressaisir un bon coup. La récente retraite pépère de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs n'est que le dernier épisode d'une saga qui ressemble de plus en plus dangereusement au scénario dystopique de High-Rise.

Diversion fera partie de la programmation cinéma du festival qui diffusera entre autres Demain, Merci patron et No Land's Song, autant de films ou documentaires engagés qui contribueront à faire d'Esperanzah une expérience complète. On rappelle qu'à l'affiche du festival, on retrouvera notamment Patti Smith, Manu Chao, St Germain ou encore le projet Refugees for Refugees. Rendez-vous est pris, du 5 au 7 août 2016 à l'abbaye de Floreffe.

Infos: www.esperanzah.be

Nos partenaires