Dour J4: objectif lune

19/07/15 à 17:36 - Mise à jour à 17:55

Le rock psychédélique enfumé de Moon Duo et les petites perles fifties/sixties pêchées dans sa collection de disques par Jonathan Toubin. Dour on the rock...

Dour J4: objectif lune

Moon Duo © DR

En 2006, Erik Ripley Johnson créait Wooden Shjips avec pour idée de jouer avec des non-musiciens pour créer un son psychédélique primitif inspiré par le Velvet Underground et d'obscurs groupes suédois (Träd, Gräs & Stenar/Parson Sound). Trois ans plus tard, le Gandalf de San Francisco fondait Moon Duo avec sa femme Sanae Yamada. Se demandant alors comment Suicide aurait sonné s'il avait joué avec des guitares plutôt qu'avec des synthés. Moon Duo, qui a sorti son troisième album, Shadow of the sun, cette année, est le genre de groupe que ce mélomane de Jim Jarmusch programme quand il est curateur d'un festival. Pensez Spacemen 3, Suicide, Can, un petit côté Modern Lovers aussi. Epaulés par un batteur (qui remplace la boîte à rythmes utilisée jusqu'en 2013), les amants diaboliques livrent un concert parfait. Un condensé de rock drogué, répétitif, trippant et hypnotique... La pluie a commencé à s'abattre sur le site et rend le terrain glissant au point que des collègues de la concurrence se prennent pour des coureurs du Tour de France sans vélo et s'essaient à l'art de la chute. On peut rester au sec. La machine à danser Jonathan Toubin débarque avec ses 45 Tours. Toubin, c'est le mec qui s'est fait écraser dans son lit par une conductrice victime de malaise (ne réservez jamais de piaule au rez-de-chaussée du moindre hôtel).

Les Filles, c'est fait (pour faire l'amour) de Charlotte Leslie, Do you wanna dance... Puis surtout un paquet de tubes confidentiels qu'on jurerait avoir déjà entendus mais sur lesquels on n'a, pour la plupart, jamais eu l'oreille (à part peut-être à un autre set de Jonathan Toubin)... Le bonhomme met l'ambiance avec ses plaques fifties et sixties. Idéal pour terminer la nuit...

En savoir plus sur:

Nos partenaires